/investigations/truth
Navigation

L’emploi va moins bien au pays

L’emploi va moins bien au pays
Photo d'archives, Boris Proulx

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, sont des expertes dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L'énoncé

Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, a récemment diffusé une publicité virtuelle déplorant qu’aucun emploi n’a été créé le mois dernier au pays, ajoutant que 41 400 postes ont disparu depuis le début de l’année.

« Justin Trudeau est un échec pour les travailleurs canadiens », a-t-il lancé sur Twitter en s’en prenant au premier ministre.

Les faits

M. Scheer a raison de dire que le nombre total de Canadiens qui travaillent a chuté de 41 400 de décembre à avril.

Mais les politiques du gouvernement Trudeau en matière d’emploi sont-elles un échec pour autant ?

Il y a quand même quelques bonnes nouvelles. Le nombre de femmes de 25 à 54 ans qui travaillent à temps plein a augmenté de 20 000 de mars à avril. C’est surtout le recul du nombre de jeunes de 15 à 24 ans occupant un poste à temps partiel qui explique que l’emploi a malgré tout stagné le mois dernier.

En outre, le bilan global est peut-être négatif depuis quelques mois, mais il est positif sur une période d’un an.

Ainsi, 378 000 Canadiens de plus qu’il y a 12 mois occupent un poste à temps complet, alors qu’il y a 100 000 travailleurs à temps partiel de moins.

Les plus récents chiffres montrent par ailleurs que le plus faible taux de chômage observé depuis 40 ans se maintient, à 5,8 %. Au Québec, 73 000 personnes de plus travaillent, par rapport à la même période l’an dernier.