/news/society
Navigation

Des manifestants sèment la pagaille à la frontière

La police a procédé à l’arrestation d’un des militants pro-immigration

Coup d'oeil sur cet article

Le poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle, en Montérégie, a encore une fois été le théâtre d’affrontements verbaux samedi entre des manifestants pro-immigration et des groupes identitaires opposés à ce qu’ils qualifient d’« immigration illégale ».

 

L’autoroute 15 a été bloquée pendant près d’une demi-heure en début d’après-midi à cet endroit lorsque des militants pro-immigration ont tenté de la traverser pour empêcher l’arrivée imminente des membres du groupe Storm Alliance.

Près d’une cinquantaine d’individus s’y sont risqués devant les yeux des policiers de la Sûreté du Québec (SQ) qui étaient présents en grand nombre pour contenir d’éventuels débordements.

Ceux-ci sont rapidement intervenus en arrêtant le meneur du groupe, le militant bien connu Jaggi Singh.

Après avoir tenté d’esquiver les policiers, il a été plaqué au sol et s’est fait passer les menottes. Des policiers antiémeute de la SQ ont ensuite avancé en rang pour repousser dans la voie de desserte les autres manifestants, dont la plupart étaient arrivés de Montréal en autobus.

Après avoir attendu une trentaine de minutes en bordure de l’autoroute, une centaine de membres de Storm Alliance escortés par la police se sont rassemblés juste à côté des installations temporaires qui hébergent les migrants interceptés sur le rang Roxham.

« Trudeau au cachot »

« On est ici pour dénoncer l’immigration illégale qui se passe à Roxham Road », a déclaré leur porte-parole, Éric Trudel, au travers de manifestants vêtus de gilets à capuchons portant les noms de leurs groupes respectifs et qui scandaient « Trudeau au cachot ».

Ils étaient accompagnés de « gardes du corps », dont certains portaient des uniformes militaires. L’un d'eux a confié avoir déjà fait partie des Forces armées canadiennes, sans vouloir donner son nom.

À ce moment, les manifestants pro-immigration étaient retenus derrière un cordon de policiers antiémeute, à quelque 200 mètres du regroupement de Storm Alliance.

L’ambiance était tendue, mais aucun autre débordement n’a eu lieu et la SQ a confirmé qu’il n’y avait pas eu d’autres arrestations.

Et tous ont pris le chemin de la maison lorsqu’une pluie drue a commencé à s’abattre aux alentours de 15 h.

« Les réfugiés sont les bienvenus et on devrait ouvrir les frontières pour leur permettre de venir », avait indiqué Aaron Lakoff du groupe Solidarité sans frontières, qui faisait partie du regroupement des pro-immigrants, en qualifiant les membres de Storm Alliance de « racistes ».

« On veut les empêcher de tenir leur événement », a-t-il ajouté en affirmant que son groupe avait réussi à empêcher les membres de Storm Alliance de tenir une autre rencontre samedi au chemin Roxham.