/opinion/columnists
Navigation

Molson, Jacobs et leurs amis

Coup d'oeil sur cet article

Geoff Molson devrait cesser de jouer sur les mots chaque fois qu’il est question du retour de la LNH à Québec.

En réaction à la sortie virulente de Jeremy Jacobs, il a une autre fois mentionné que « Si la LNH vient avec une présentation qui recommande que Québec ait une équipe, je l’appuierai. »

Facile à dire !

Encore une fois, Monsieur Molson oublie de dire que c’est un peu lui, la LNH.

Comme membre de l’exécutif, il serait même le mieux placé pour faire une telle recommandation.

Si Molson voulait vraiment le retour des Nordiques, parions que ce serait déjà fait.

Il serait aussi le mieux placé pour rappeler à Monsieur Jacobs, que selon le dernier recensement, l’agglomération de Québec compte 20 000 habitants de plus que celle de Winnipeg.

Argent neuf

Mais il faut aussi regarder la réalité en face.

Il est tout à fait normal que la LNH tente de conquérir des marchés comme Las Vegas, Seattle et même Houston avant de revenir s’installer à Québec.

J’étais justement à Las Vegas il y a quelques jours.

Sincèrement, j’ai compris pourquoi Bill Foley avait décidé de cracher 500 M$ US pour une équipe de hockey.

L’argent coule à flots dans les coffres des Golden Knights.

Les fans de l’équipe n’ont jamais chaussé de patins de leur vie, mais ils s’arrachent les billets et la marchandise aux couleurs du club.

Ça c’est du bel argent neuf pour la ligue.

Dehors l’Arizona

Le vrai problème n’est pas Vegas ou Seattle, c’est l’entêtement de la ligue à rester dans des marchés moribonds depuis longtemps, des marchés qui ont eu toutes les chances au monde de réussir.

Geoff Molson, Jeremy Jacobs et leurs amis devraient réaliser que la Caroline et surtout, l’Arizona, ne méritent tout simplement plus de faire partie de cette ligue.

Surtout quand une ville comme Québec est en attente.