/world/middleeast
Navigation

Chypre: les procédures pour les «passeports contre investissement» durcies

Coup d'oeil sur cet article

Chypre a renforcé les procédures permettant à des investisseurs étrangers d’acquérir la nationalité chypriote, après que l’île eut été accusée de monnayer les passeports de l’Union européenne, a annoncé mardi le ministre des Finances.

Parmi les nouveaux mécanismes de contrôle, des entreprises étrangères spécialisées seront chargées de vérifier les dossiers au cas par cas, en plus des procédures habituelles, a expliqué Harris Georgiades à la radio d’État, assurant que le processus serait désormais ainsi «plus rigoureux».

L’Union européenne a vivement critiqué par le passé ce programme «passeport contre investissement» ou encore appelé «passeports en or» pratiqué par d’autres pays européens comme Malte.

À Chypre, le programme concerne surtout de riches Russes et Chinois.

«Nous n’acceptons pas l’accusation selon laquelle le passeport chypriote est à vendre. (Il) est, comme n’importe quel autre passeport du monde, délivré en fonction de critères spécifiques», s’est défendu M. Georgiades.

Il a toutefois reconnu que le système n’était pas parfait, d’où la nécessité de le modifier.

Le programme a été introduit par les autorités chypriotes après 2013, année pendant laquelle le Fonds monétaire international (FMI) et l’UE avaient accordé à Chypre un prêt d’urgence de dix milliards d’euros pour sauver son économie et son système bancaire au bord de la faillite.

Pour être éligibles à la nationalité, les étrangers doivent investir au moins deux millions d’euros dans une propriété, une entreprise ou des bons du Trésor, et élire Chypre comme résidence permanente. Ils n’ont pas besoin de parler la langue.

Selon des estimations, ce programme a généré environ 4,8 milliards d’euros jusqu’en 2016.

M. Georgiades a reconnu qu’il s’agissait d’un «supplément (financier) utile» pour l’île.

Les autorités chypriotes ont par ailleurs fixé à 700 par an le nombre de passeport délivrés aux riches investisseurs, ce qui représente «moins de 30% du total des naturalisations» à Chypre, a indiqué le ministre.