/sports/hockey/coupe-memorial
Navigation

Coupe Memorial: la polyvalence de Ducharme, un atout pour le Titan

Depuis le début du tournoi de la Coupe Memorial, Justin Ducharme, à l’instar de ses coéquipiers de la quatrième ligne, a obtenu un temps de glace limité.
PHOTO AGENCE QMI, RICK ELVIN Depuis le début du tournoi de la Coupe Memorial, Justin Ducharme, à l’instar de ses coéquipiers de la quatrième ligne, a obtenu un temps de glace limité.

Coup d'oeil sur cet article

REGINA | Depuis le début du tournoi de la Coupe Memorial, Justin Ducharme, à l’instar de ses coéquipiers de la quatrième ligne, a obtenu un temps de glace limité.

Ducharme a pourtant été employé au sein d’un trio à caractère offensif durant les séries éliminatoires. Entre autres, lorsque Mitchell Balmas, blessé, ne pouvait enfiler l’uniforme du Titan.

Contrairement à ses partenaires de la quatrième, Cole Rafuse et Marc-André LeCouffe, le numéro «71» est chargé de la mission d’emmerder ses adversaires durant les désavantages numériques du Titan. Un boulot essentiel dans un tournoi où le moindre but encaissé pourrait avoir un impact sur la suite des évènements.

«Je suis âgé de 17 ans et ça fait partie de la game (de ne pas jouer sur un trio régulier). Je dois être prêt à toute éventualité lorsque l’entraineur fait appel à mes services. L’important, c’est que notre équipe gagne des matchs», a mentionné Ducharme, à quelques heures du dernier match du Titan (2-0) en ronde préliminaire.

Dix attaquants efficaces

Durant la saison régulière, Ducharme, l’un de ces héros obscurs des Acadiens, a enfilé onze buts et amassé douze mentions d’aide. En séries, il a récolté onze points en 20 matchs.

L’entraineur du Titan, Mario Pouliot, a répondu avec humour lorsqu’on lui demandé comment il gérait l’utilisation limitée de certains éléments.

«Je leur démontre de l’amour! Sérieusement, nous alignons dix attaquants efficaces dans toutes les situations.

«Durant la série contre les Tigres de Victoriaville, quand Balmas était blessé, Ducharme avait pris efficacement sa relève.

«Durant le cinquième match de la finale, Justin avait énormément d’énergie et de vitesse, il avait remplacé Jordan Maher aux côtés de Truchon-Viel et Asselin. Il avait commencé le sixième match avec ces deux là, mais il n’avait pas d’énergie. Jordan avait donc repris son poste.

«Qu’importe au sein de quel trio je l’emploie, il demeure un élément important en désavantage numérique grâce à sa vision du jeu et sa rapidité.»

Avanatage Titan!

Choix de troisième ronde des Remparts de Québec en juin 2016, Ducharme a été troqué au Titan quelques mois plus tard en retour de l’attaquant de 20 ans Jonathan Bourcier. Ce dernier avait été libéré à la suite d’un séjour peu concluant de 17 matchs.

«Les deux équipes avaient des besoins respectifs. C’est une business!», a émis Justin Ducharme.

À l’évidence, le directeur-général du Titan, Sylvain Couturier, en avait passé une petite vite à son homologue Philippe Boucher.

Couturier a également eu la main heureuse en récupérant Ethan Crossman des Diables rouges.

La carte de la prudence

À l’aide d’une victoire aux premières heures de la nuit dans l’est du Canada, le Titan a accédé directement à la finale.

En revanche, une défaite obligera les protégés de Mario Pouliot à patienter jusqu’à la fin du match de mercredi entre Regina et Swift Current avant de connaitre leur sort.

Mardi soir, si le Titan est confronté à un déficit d’un but dans les derniers instants du match face aux Bulldogs, Pouliot ne prévoit pas retirer son gardien au profit d’un sixième patineur dans l’espoir de créer l’égalité et de gagner en prolongation.

Car, un but supplémentaire concédé par le Titan pourrait avoir un impact déterminant sur la cote de différentiel de l’équipe, advenant une victoire des Pats et que trois équipes terminent la ronde préliminaire avec une fiche de 2-1.

«Je ne retirerai pas mon gardien. Nous en avons discuté ce matin (mardi) Sylvain (Courturier) et moi. Ce serait peut-être un peu risqué (d’encaisser un but supplémentaire). On contrôle notre destinée et je ne veux pas bruler une cartouche si ce n’est pas nécessaire.»

Dans les circonstances, le but de Noah Dobson, marqué à 19 m 59,3 s dans un filet désert, dimanche, face à Regina pourrait s’avérer déterminant. «Un but très important, tout comme les quatre buts accordés à la troisième période aux Pats», a rétorqué Pouliot.

UNE VICTOIRE ESSENTIELLE POUR LES BRONCOS DE SWIFT CURRENT

REGINA | Les Broncos de Swift Current n’ont plus le choix.  Détenteurs d’une fiche de 0-2 à la suite de revers de 3-4 face au Titan d’Acadie-Bathurst et de 1-2 aux mains des Bulldogs de Hamilton, les Broncos devront gagner leur dernier match de la ronde préliminaire du tournoi de la coupe Mémorial, mercredi soir, face aux Pats de Regina.

Sinon, les champions de la WHL seront de facto éliminés et ils retourneront à la maison, située à quelque 250 kilomètres à l’ouest de Regina, avec un goût de cendre à la bouche.

«Nous contrôlons encore notre destinée, mais nous devrons jouer avec les sentiments de désespoir, d’urgence et de façon plus intelligente. On ne veut pas retourner à la maison. Enfin, pas  d’ici quelques heures», a déclaré l’entraineur en chef des Broncos, Manny Viveiros.

Un manque d'énergie

Lundi soir, ses poulains ont semblé tirer de la langue face aux Bulldogs qui ont amorcé le match avec le mors aux dents. Les Broncos ont disputé un sommet de 26 parties lors des séries éliminatoires et ils jouaient leur 100e match depuis le début de la saison régulière face aux Ontariens. À titre de comparaison, Bathurst en a joué une dizaine de moins.

«La fatigue est certainement présente au sein de notre alignement. C’est aussi le cas pour les autres formations du tournoi. Donc, ce n’est pas une excuse. Une journée loin de la patinoire fera du bien à tout le monde», estimait Manny Viveiros.

Sentiment de déjà vu

L’entraineur quinquagénaire pourra puiser dans son expérience personnelle et celle des Spitfires de Windsor (édition 2009) afin de démontrer à ses joueurs que tout est possible à la finale canadienne à la suite d’un faux départ.

En mai 1985, Viveiros, un défenseur à caractère offensif, s’alignait chez les Raiders de Prince Albert au tournoi de la coupe Mémorial, disputé à Shawinigan et Drummondville.

Vaincus par 6-2 à leur premier match par les Cataractes, les Raiders remportèrent ensuite leurs quatre parties suivantes. Dont la finale par 6-1, aux dépens des représentants de la Mauricie, au Centre Marcel-Dionne.

À Rimouski, les Spitfires étaient devenus les premiers champions de la coupe Mémorial même s’ils avaient amorcé la compétition par deux défaites. C’est le cas des Broncos cette année.

Gawdin: aucun point

Champion marqueur de la WHL avec 125 points (56 buts, 69 aides) et un différentiel de +61, le joueur de centre de 20 ans Glenn Gawdin n’a pas amassé de point à ses deux premiers matchs du tournoi. Malgré treize lancers en direction de la cage ennemie!

Pour vaincre les Pats de Regina et accéder au bris d’égalité, les Broncos de Swift Current auront besoin de la contribution offensive du pivot étoile Glenn Gawdin.
PHOTO AGENCE QMI, RICK ELVIN/
Pour vaincre les Pats de Regina et accéder au bris d’égalité, les Broncos de Swift Current auront besoin de la contribution offensive du pivot étoile Glenn Gawdin.

Le Finlandais Aleski Heponiemi, qui a récolté 90 mentions d’aide en 57 matchs durant la saison régulière, a été également absent de la feuille de pointage en dépit de sept avantages numériques obtenus par Swift Current en deux parties. Les membres de ce duo ont respectivement compilé un différentiel de - 4 et - 3 au tournoi.

Puis, Tyler Steenbergen, auteur d’une saison de 50 buts malgré sa participation au championnat mondial junior, a été expédié à la clinique pour une blessure au haut du corps à la deuxième période du premier match des Broncos au tournoi.

«La condition de Tyler sera réévaluée demain (mercredi) et nous prendrons la décision de le faire jouer ou pas avant le match», a précisé Viveiros.

Steel: «un septième match»

«Ce sera comme un autre septième match d’une série», a déclaré l’attaquant étoile et capitaine des Pats, Sam Steel.

Éliminés en première ronde des séries par les Broncos, les hôtes pourraient savourer une douce revanche à l’aide d’une victoire mercredi.

«Nous devons bâtir sur les vingt dernières minutes du match de dimanche (défaite 8-6 contre le Titan d’Acaie-Bathurst)», a ajouté Steel, détenteur d’une fiche d’un but et cinq aides.

Les Pats seront confrontés à une muraille nommée Stuart Skinner. Mitraillé de 56 lancers par Hamilton lundi, l’espoir des Oilers d’Edmonton avait cédé seulement deux fois.

«Skinner est un très bon gardien, il a été efficace récemment, mais on peut le battre. À l’aide de lancers, surtout voilés, car il arrête toutes les rondelles qu’il voit», a plaidé Steel.

Un passage obligé

À quel style de jeu s’attend-t-il, à un match à pointage bas ou élevé et qui sera son gardien?

L’entraineur en chef des Pats, John Paddock a répondu aux questions des représentants de la presse à l’aide des phrases courtes et des expressions faciales qui trahissaient son désir de se retrouver ailleurs à la veille des retrouvailles avec les Broncos.

«On s’est affronté neuf fois d’affilée en fin de saison (deux fois en saison, sept durant une série). La plupart du temps, Swift Current ne te donne pas d’espace de manœuvre sur la glace», a répondu Paddock.

La recrue masquée Max Paddock a été poivrée de six buts en deux périodes face au Titan. En relève, le vétéran Ryan Kubic a concédé un but sur quatre lancers après deux mois d’absence.

Paddock a repoussé habilement les questions à ce sujet. «Est-ce que ce sera le gardien auquel vous pensez? J’ignore à ce que vous songez!», a rétorqué John Paddock.

Curieusement, il était de bonne humeur quelques minutes plus tôt durant une discussion à bâtons rompus devant la cafetière et les beignets.