/sports/hockey/coupe-memorial
Navigation

Le Titan «a joué selon les règles»

Une question de trop pour l'entraîneur Mario Pouliot à la Coupe Memorial

L’entraÎneur Mario Pouliot n’a pas apprécié que certains remettent en doute le désir de gagner du Titan, mardi soir, au Brandt Centre.
PHOTO AGENCE QMI, RICK ELVIN L’entraÎneur Mario Pouliot n’a pas apprécié que certains remettent en doute le désir de gagner du Titan, mardi soir, au Brandt Centre.

Coup d'oeil sur cet article

REGINA | Mario Pouliot s’est mordu les lèvres pendant son point de presse à l’issue de la défaite de 3-2 du Titan d’Acadie-Bathurst, mardi soir, au Brandt Center.

Déçu par la défaite, l’entraîneur de la formation acadienne n’a pas apprécié quelques questions, dans les deux langues officielles, au sein desquelles on insinuait qu’il n’avait pas employé tous les moyens à sa disposition pour créer l’égalité en fin de match.

Le Titan jouissait alors d’un avantage numérique et Pouliot n’a pas retiré son gardien au profit d’un sixième patineur.

«J’ai déjà répondu à cette question! Ne connaissez-vous pas les règlements», a tranché Mario Pouliot qui également avait expliqué la stratégie du Titan en matinée.

Les scénarios

Question de rafraichir la mémoire des jeunes comme des vétérans de la presse, les règles pour départager les équipes au classement à l’issue de la ronde préliminaire avaient pourtant été expliquées dans un courriel de la LCH quelques heures plus tôt.

Malgré le revers face à Hamilton, le Titan (2-1) pouvait encore passer directement à la finale. Seule condition: les Pats de Regina doivent battre les Broncos de Swift Current, mercredi soir. Dans ce scénario, le différentiel (buts pour, but contre) sera favorable aux Acadiens malgré la présence de trois clubs avec une fiche identique (2-1).

À l’inverse, si Swift Current l’a emporté au terme de cet autre match qui a débuté à 20 heures dans les Prairies, les Bulldogs seront qualifiés pour la finale. Acadie-Bathurst jouera la demi-finale vendredi soir contre le gagnant du bris d’égalité qui opposera les deux clubs de la Saskatchewan jeudi.

Enfin, les Bulldogs de Hamilton (fiche 2-1) sont déjà assurés d’accéder au match de la demi-finale.

«Trois scénarios étaient possibles avant le match contre Hamilton. À l’aide d’une victoire, on se qualifiait pour la finale. Une défaite par un but nous laissait encore une chance pour un accès direct au match de dimanche. Une défaite par plus d’un but nous reléguait à la demi-finale.

«Pourquoi aurais-je brulé une cartouche supplémentaire et je serais allé all in dans l’espoir de créer l’égalité en fin de match? La défaite par deux buts s’avérait le pire des scénarios. On a joué le livre!» s’est défendu Mario Pouliot.

Risqué à forces égales, le retrait du gardien est encore plus périlleux lorsque le club qui se défend à quatre patineurs peut dégager son territoire à sa guise.

«Les règles sont en place, tu joues selon les règles. Je suis un coach, pas un gars de mathématiques, mais c’était la chose à faire.»

Ajustements au menu

Le Titan a enfilé un but en dix avantages numériques depuis le début du tournoi. À l’évidence, les adversaires du Titan marquent de façon serrée le pointeur Nob Dobson qui possède un tir canon.

«Notre power play s’installe en zone ennemie, mais on travaille sur un seul sens de la patinoire. L’exécution n’était pas là et la prise de décision déficiente. Contre Hamilton, l’option du one timer de Dobson n’était pas disponible. On va s’ajuster», a dit Mario Pouliot.

Appel à l'aide

Neuf des quatorze buts du Titan ont été réussis par le trio formé par Truchon-Viel (3) /Asselin (4) /Murphy (2). Face aux Bulldogs, ces trois-là furent encore les seuls à percer la forteresse ennemie.

L’ailier Ethan Crossman (2), les défenseurs Noah Dobson (2) et Adam Holwell (1) complètent la courte liste des buteurs du Titan.

«Encore une fois, le résultat est une chose, mais les joueurs (des autres trios) travaillent fort. Quand ça fait longtemps que tu n’as pas marqué, tu sers le bâton trop fort. Ce n’est pas un manque d’effort. La bonne nouvelle, l’une de nos unités fonctionne et quand les autres vont se mettre en marche nous serons encore plus dangereux», affirme Pouliot.

Congé d'entraînement

Confronté à plusieurs hypothèses de calendrier jusqu’à la fin de la soirée, Mario Pouliot a donné congé de vaisselle à tout son personnel. Les joueurs ont passé du temps en famille en matinée et en après-midi, une activité de groupe était à l’horaire. La séance d’entrainement des Bulldogs a également été annulée.

Depuis une semaine à Regina, le défi semble être de tuer le temps efficacement entre les matchs. Un confrère de l’Ouest nous a recommandé d’effectuer une virée à Moose Jaw pour une séance à un spa et la visite d’un musée. D’ici, là, on va tenter de faire une petite brassée de couleurs, si la congestion diminue à la salle machine à laver et sécheuse de l’hôtel.

Un déficit assuré

REGINA | La ronde préliminaire à peine amorcée, le comité organisateur du tournoi de la Coupe Memorial prévoyait déjà un déficit dans les sept chiffres!

Cité dans un reportage de la CBC en début de semaine, le président du «CO» et actionnaire des Pats de Regina, Shaun Semple, a laissé entendre que le manque à gagner avoisinera les 2 millions $.

Pour obtenir les droits d’accueillir la finale de la Ligue canadienne de hockey, le groupe de Regina a versé  3,65 millions $ à la LCH.

«Même si tous les sièges pour le concert des Eagles (lors de la soirée d’ouverture officielle au stade Mosaic) et aux matchs du tournoi avaient été vendus, nous n’aurions pas fait de profit. Au final, on souhaite que les gens aient eu du plaisir à célébrer le 100e anniversaire de la Coupe Memorial et des Pats de Regina», a mentionné Shaun Semple.

Lors du dernier tournoi de la Coupe Memorial en Saskatchewan, le gouvernement provincial avait épongé des pertes de 700 000 $ pour cet évènement présenté à Saskatoon.

Au dernier tournoi joué dans un marché de la WHL (2016), les Rebels de Red Deer (Alberta) de Brent Sutter avaient toutefois dégagé un léger bénéfice.

Des sièges vides

Lors des cinq premiers matchs de la ronde préliminaire, des centaines de sièges sont demeurés vacants au Brandt Centre, d’une capacité de 6484 spectateurs.

De vendredi à mardi, des foules de 5678, 6237, 5832, 5820 et 6072 spectateurs ont été déclarées. Curieusement, les deux premiers matchs des Pats furent parmi les trois les moins populaires. Vendredi, quelque 800 billets sont demeurés invendus pour le match d’ouverture officielle.

Les abonnés de l’équipe des Pats ont déjà contribué en se procurant un forfait de la «CM», mais les clients occasionnels de la région semblent se faire tirer l’oreille en raison du prix élevé des billets (75 $, plus les frais pour des sièges aux extrémités de la patinoire).

Les autorités municipales se consolent en lançant le chiffre de 15 millions $ en retombées économiques qui finiront, principalement, dans les coffres des hôteliers et des restaurateurs.