/news/society
Navigation

Les Montréalais parmi les plus pauvres en Amérique du Nord

Coup d'oeil sur cet article

La ville de Montréal éprouve bel et bien un problème de pauvreté. Dans un rapport publié par l’Institut du Québec, la métropole québécoise se classe avant-dernière parmi les grandes villes nord-américaines.

Selon les données parues dans l’étude, un Montréalais sur cinq vit dans la pauvreté.

«Les loyers sont trop chers, a confié une résidente de Verdun. Les gens ne sont pas capables de payer. Moi, je travaille au salaire minimum. J'ai de la misère à faire 30 000 $ par année.»

Dans l’arrondissement de Verdun, le nombre de demandes pour avoir recours aux banques alimentaires ne cesse d’augmenter. «C'est presque 5000 clients par année. Ça, c'est 1500 familles de Verdun», a dénoncé Joseph Quinn, bénévole pour l'organisme Manna Verdun.

Population moins éduquée

«C'est un grand paradoxe de Montréal, a expliqué l’économiste en chef de Montréal International, Christian Bernard. On se targue d'être une capitale universitaire d'envergure mondiale. D'un autre côté, il y a malheureusement trop peu de Montréalais et de Montréalaises qui détiennent un diplôme universitaire.»

Au chapitre de l'innovation, Montréal n'est pas dans le peloton de tête et sa population est moins éduquée par rapport aux autres grandes villes.

Meilleure qualité de vie

«Je ne suis pas inquiète de ce rapport-là, a indiqué la mairesse Valérie Plant. Je ne suis pas inquiète, et je pense aussi que, pour Montréal, et c'était nommé dans le rapport, le niveau de la qualité de vie.»

Selon les données, les Montréalais sont plus pauvres, mais vivent mieux, grâce à la faible criminalité et au transport en commun, notamment.

«Notre défi, maintenant, ce n'est plus de créer des emplois, c'est de créer des emplois payants. Et au fur et à mesure qu'on va le faire, les salaires vont augmenter», a fait savoir le grand patron de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc.