/sports/football/alouettes
Navigation

Une lutte entre Drew Willy et Matthew Shiltz

Drew Willy
Photo d'Archives, Martin Chevalier Drew Willy

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Qui sera le quart-arrière partant des Alouettes pour le premier match de la saison présenté au BC Place, le samedi 16 juin, contre les Lions de la Colombie-Britannique? Le club montréalais a le choix entre l’expérience ou la jeunesse.

À la lumière de ce qui se déroule sur le terrain depuis le début du camp d’entraînement, la lutte pour le poste de quart-arrière des Alouettes se fait entre Drew Willy, 31 ans, et Matthew Shiltz, 25 ans.

Pour l'instant, Josh Freeman tarde encore à se mettre en marche et à apprendre les rudiments de la Ligue canadienne de football.

 Matthew Shiltz
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier
Matthew Shiltz

 

Willy, qui était déjà dans l'entourage des Alouettes la saison dernière, a pour sa part fait ses débuts dans la LCF avec les Roughriders de la Saskatchewan en 2012, où il a campé le rôle substitut pendant deux saisons. En 2014, il a obtenu une chance d’être partant avec les Blue Bombers de Winnipeg. Il a pris part à 17 des 18 matchs de la formation du Manitoba complétant 63,8% des 478 passes tentées pour des gains de 3769 verges. En 2015, une blessure a écourté sa saison tandis qu’en 2016, il a été échangé aux Argonauts de Toronto, où il a été relégué au rôle de deuxième derrière Ricky Ray.

«Pour tous les joueurs, mais particulièrement pour les quarts-arrière, c’est souvent une question d’opportunité, a indiqué le coordonnateur offensif et entraîneur des quarts Khari Jones. Tu dois être à la bonne place au bon moment et je crois qu’il l’est.»

Jones est emballé par ce qu’il voit depuis le début du camp, lui qui a dirigé Willy quand il a fait ses débuts dans le circuit canadien.

«Je vois un quart-arrière confiant et un gars prêt à compétionner, a-t-il ajouté. Il peut prendre charge de l’offensive. Il est prêt à jouer ce rôle.»

Le quart d’avenir?

Les partisans des Alouettes ont pu voir un aperçu du talent de Shiltz, la saison dernière, lui qui a participé à quatre matchs comme quart-arrière, dont lors des trois derniers matchs. Il a complété 35 de ses 61 passes tentées.

Jones aime bien ce qu’il voit de son poulain depuis le début du camp.

«C’est un très bon athlète, il peut lancer le ballon comme personne, il peut courir et il peut se déplacer, a-t-il indiqué. J’ai bien aimé ce que j’ai vu dans les trois derniers matchs de la saison. J’aime son côté compétitif. Il donne tout ce qu’il a à chaque répétition à l’entraînement et à chaque jeu lors des matchs.»

Le coordonnateur offensif est enchanté de travailler avec le pivot originaire de l’Illinois.

«C’est vraiment plaisant de diriger quelqu’un qui veut toujours être meilleur et qui travaille toujours fort», a lancé Jones.

Depuis le départ d’Anthony Calvillo en 2013, les amateurs de football de Montréal ont vu défiler pas moins de 12 pivots, dont Willy et Shiltz.