/finance/news
Navigation

Le prêt sur gage, comment ça marche?

Le prêt sur gage, comment ça marche?
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Les commerces de prêt sur gage (appelés communément pawnshops) ont connu une grande croissance au Québec au début des années 2000 et demeurent très présents aujourd’hui.

Si l’on pense faire affaire avec un prêteur sur gage ou si l’on a déjà fait affaire avec eux, il est important de s’intéresser à leur fonctionnement et aux conséquences d’acheter chez un prêteur sur gage.

Le prêt sur gage est essentiellement un prêt personnel garanti par une hypothèque mobilière. Le prêteur, comme son nom l’indique, prête un montant d’argent et prend en garantie un bien pour protéger son prêt.

Selon les types d’ententes, le prêteur sur gage peut vendre le bien ou le conserver jusqu’au remboursement du prêt ou jusqu’à l’expiration d’un délai déterminé pour effectuer le remboursement.

Implications

La nature du prêt sur gage fait en sorte qu’il est difficile pour l’acheteur, voire impossible, de réellement connaître la provenance du bien qu’il se procure chez un prêteur sur gage. Cette réalité peut devenir un problème pour l’acheteur.

Lorsque vous achetez quelque chose chez un prêteur sur gage, cela peut ressembler à n’importe quelle transaction dans un magasin normal. La propriété du bien que vous achetez se transférera comme dans tout contrat de vente ordinairement conclu.

Toutefois, il y a des risques. La propriété du bien n’est parfois pas aussi claire lorsqu’on achète chez un prêteur sur gage. Bien qu’ils soient de plus en plus réglementés, les commerces de prêt sur gage sont trop souvent des lieux où l’on retrouve des biens volés qui ont été mis en gage pour être vendus.

Biens volés

Qu’arrive-t-il si j’achète un bien volé chez un prêteur sur gage ? D’abord, l’acheteur doit être de bonne foi et n’avoir aucune connivence avec le prêteur sur gage quant à la provenance du bien. Les circonstances, lors de l’achat, doivent être telles que l’acheteur ne pouvait se douter que le bien était volé.

Même si l’acheteur est de bonne foi, il n’est pas à l’abri d’une saisie de son bien que ferait la police dans le cadre d’une enquête sur vol ni du réel propriétaire qui revendiquerait le bien.

Dans de tels cas, ce sera un tribunal qui tranchera qui aura la propriété du bien. Généralement, l’acheteur de bonne foi gardera le bien ou sera dédommagé pour la valeur de celui-ci.

Par contre, il faudra probablement avoir recours à un avocat et, parfois, le jeu n’en vaut pas la chandelle.

Bref, si vous achetez d’un prêteur sur gage, il y a des risques que le bien soit volé et que vous vous retrouviez devant un tribunal.

Conseils

  • Renseignez-vous auprès du vendeur sur la provenance du bien.
  • Demandez tous les documents (factures, documents d’un corps policier, manuels d’instruction originaux) qui peuvent démontrer que le prêteur a acheté le bien du réel propriétaire.
  • Si vous doutez le moindrement que le bien a été volé, évitez de prendre des risques inutiles en l’achetant.