/sports/hockey
Navigation

Coupe Memorial: le Titan dans le siège du conducteur

Qualifiée pour la finale, l'équipe d’Acadie-Bathurst affrontera le gagnant du match Regina–Hamilton

Le défenseur Olivier Galipeau (à droite) complétera une carrière junior de cinq ans par la finale du tournoi de  la coupe Memorial.
Photo d'archives Agence QMI, JOEL LEMAY Le défenseur Olivier Galipeau (à droite) complétera une carrière junior de cinq ans par la finale du tournoi de la coupe Memorial.

Coup d'oeil sur cet article

REGINA | La victoire de 6-5 des Pats de Regina, mercredi soir, aux dépens des Broncos de Swift Current, a propulsé le Titan d’Acadie-Bathurst directement en finale du tournoi de la coupe Memorial. Ce match ultime sera joué dimanche soir.

Entretemps, la demi-finale opposera, vendredi, les Bulldogs de Hamilton aux Pats qui ont éliminé de la compétition leurs rivaux de la WHL au terme d’une troisième période folle.

«Je ne pouvais demander meilleur scénario : j’aurais la chance de terminer ma carrière junior à la finale de la coupe Memorial», a déclaré le vétéran de cinq saisons et défenseur de 20 ans du Titan, Olivier Galipeau.

DES SPECTATEURS ATTENTIFS

Mercredi soir, les Acadiens s’étaient rassemblés pour visionner le duel entre les deux formations de la Saskatchewan. «C’était un match excitant jusqu’à la fin! Les émotions ont pris le dessus lorsque le match s’est terminé. Nous avons été partisans des Pats pendant une soirée, maintenant on redevient partisans du Titan!»

Les Pats de l’entraineur en chef John Paddock ont offert deux jours de congé supplémentaires aux champions de la LHJMQ.  «Ça fait une différence, car les équipes sont toutes passées à travers d’un long parcours durant les séries éliminatoires.

«Le stress est tellement élevé et la pression grande que le repos fera du bien et nous en profiterons jusqu’à dimanche», a conclu Galipeau.

«Au début de la saison, mon objectif était d’étirer ma saison le plus possible. Je ne peux pas l’allonger plus que ça! La terminer par une victoire, ce serait une cerise sur le sundae!», a dit le capitaine du Titan Jeffrey Viel, un attaquant de 20 ans qui jouera également son dernier match junior en carrière.

LE CHOIX ENTRE DEUX POISONS

Depuis le début du tournoi, les attaquants Sam Steel, des Pats et Robert Thomas, des Bulldogs, ont étourdi les défensives ennemies. Chez le Titan, on n’a démontré aucune préférence pour leur dernier bourreau de la saison 2017-18.

«Ce sont deux excellents joueurs qui joueront fort probablement dans la LNH dans un proche avenir. Thomas est un attaquant de puissance, rapide et doté d’un excellent tir. Steel est très rapide et rusé. Les deux ont guidé leur équipe jusqu’à Regina. Qu’importe lequel nous affronterons en finale, ce sera un bon test», a mentionné le défenseur Noah Dobson.

«On sera prêt pour le match le plus important de notre vie, a enchainé Dobson. Tu ne sais jamais si tu auras l’occasion, à nouveau, de jouer pour un championnat.»

RÉDUIRE LES RISQUES

Dans son point de presse, tenu quelques minutes plus tôt que celui de son homologue du Titan Mario Pouliot, l’entraineur en chef des Bulldogs John Gruden s’est dit heureux de jouer la demi-finale vendredi.

Son équipe a complété la ronde préliminaire mardi soir.

Pouliot n’a pas voulu amorcer un débat. «On a regardé le match de mercredi avec intérêt. Je vais m’occuper de mon équipe. En bout de ligne, on sauve un match et nous aurons l’opportunité de jouer la finale dimanche», a dit Mario Pouliot, ajoutant que la gestion des journées de congé n’est pas toujours évidente.

Surtout à Regina où les attractions touristiques ne rivalisent pas avec celles de Paris, Rome ou New York.

«Nous aurons l’occasion de pratiquer deux fois (avant la finale) et de bien nous préparer. On a des choses à travailler. Puis, quand tu ne joues pas, tu ne risques pas les blessures et ça permet de guérir des bobos.»

Pouliot n’a pas partagé sa préférence entre les Pats de Steel ou les Bulldogs de Thomas.

«Ce sont deux excellents joueurs repêchés en première ronde. Qu’importe notre adversaire, nous affronterons une bonne équipe, de bons joueurs et nous devrons les avoir à l’œil.

«C’est une chance unique qui s’offre à nous. (d’être couronnés champions). On jouera notre dernier match ensemble. Il y a aura beaucoup de dernière fois pour tout le groupe», a émis Pouliot qui a de nouveau fait appel à son copain Dominique Ducharme pour des conseils à quelques jours du match ultime.

Les gens de Halifax en mission d'observation

REGINA | Les Mooseheads de Halifax seront les hôtes du prochain tournoi de la coupe Mémorial Mastercard.

Le président de la concession néo-écossaise, Brian Urquhart, séjourne à Regina pour se familiariser avec le déroulement de la compétition sous tous ses angles.

«Ce fut une belle semaine, autant sur la glace qu’à l’extérieur de la patinoire. Notre tâche s’annonce ardue afin de présenter un tournoi aussi intéressant», a dit Brian Urquhart, dont le frère Cory a défendu les couleurs des Remparts et du Rocket.

«J’ai pu observer que la zone des partisans (fan zone) avait été très animée par la présence de groupes musicaux. Les bénévoles font également un excellent travail et ils sont très amicaux.»

Le tournoi de 2018 engendrera un déficit supérieur à deux millions $. Halifax compte bien équilibrer son budget.

«Le message de notre propriétaire Bobby Smith a été clair : nous devrons remplir le ScotiaBank Centre. Nous travaillerons fort pour y arriver. Notre amphithéâtre est vaste (plus de 10 000 sièges) que celui de Regina. Ça nous procurera plus de flexibilité (sur le prix des billets). Jusqu’à présent, la réponse des fans a été excellente», a mentionné Brian Urquhart.

Le centre-ville concentré de Halifax où il est préférable de circuler à pied si vous êtes dotés de bons mollets s’avèrera un atout dont Regina fut privé.

«L’un des points forts de Halifax s’avère la proximité de tous les sites qui seront utilisés durant le tournoi. L’amphithéâtre, les hôtels où logeront les clubs et les aires pour les partisans seront situés à l’intérieur d’une zone concentrée. On ne veut pas dévoiler tous nos secrets, mais tout se passera au centre-ville!»

DES BRONCOS DÉCIMÉS

Fatigue, commotion cérébrale et une luxation de l’épaule, expliquent les performances tièdes des Broncos de Swift Current qui furent incapables de remporter un match durant la ronde préliminaire (0-3).

«Je suis fier de mon groupe de joueurs. Nous n’avons jamais abandonné et nous avons continué à travailler. Nous avons commis des erreurs de fatigue durant le tournoi. Notre niveau d’énergie était très bas, on fonctionnait sur les vapeurs d’essence», a mentionné Manny Viveiros, l’entraineur en chef des Broncos.

Viveiros a dû manœuvrer avec une formation décimée par les blessures reçues par quelques joueurs clés durant les séries et le tournoi.

Tyler Steenbergen a été expédié sur la touche par le Titan Jeffrey Truchon-Viel samedi et deux autres grosses pointures combattaient de sévères blessures à l’épaule. «Tyler a reçu une commotion cérébrale. Son absence fut importante, même si ses coéquipiers ont tenté de prendre le relais.C’est comme si vous retiriez Sam Steel (Regina) ou Robert Thomas (Hamilton) de l’alignement de leurs équipes respectives.

«Puis, Glenn Gawdin (meilleur pointeur de la WHL) a joué malgré une récente séparation de l’épaule, à l’instar du défenseur Josh Mahura, victime de deux subluxations depuis le début des séries. Son épaule tenait par des fils», a imagé Viveiros.

Glenn Gawdin, des Broncos de Swift Current, a disputé le tournoi de la coupe Mémorial sous les séquelles d'une séparation de l'épaule.
AFP
Glenn Gawdin, des Broncos de Swift Current, a disputé le tournoi de la coupe Mémorial sous les séquelles d'une séparation de l'épaule.

Mahura, un espoir des Ducks d’Anaheim, devra se soumettre à une intervention chirurgicale au cours des prochaines semaines, selon Viveiros.