/news/society
Navigation

Légalisation du cannabis: un colloque pour mieux se préparer

Légalisation du cannabis: un colloque pour mieux se préparer
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Des chercheurs qui participent vendredi à un colloque sur la légalisation du cannabis veulent dédramatiser certaines inquiétudes qu’ils jugent démesurées et mieux outiller les employeurs.

Des intervenants des milieux académiques et professionnels, de même que des représentants d’entreprises privées, d’organisations publiques et de syndicats participent vendredi au colloque «Enjeux cannabis» à l’Université de Montréal.

Le colloque est l’occasion de dédramatiser les inquiétudes d’employeurs quant à la légalisation. «[Les inquiétudes] sont nettement démesurées par rapport à ce qui va se passer, surtout la prémisse généralisée dans la population que l’usage du cannabis va exploser», a mentionné le professeur en psychoéducation et chercheur à l’Institut universitaire sur les dépendances, Jean-Sébastien Fallu.

«L’alcool est légal et les gens ne se présentent pas en ivresse dans les milieux de travail», a-t-il mis en perspective.

Le directeur scientifique de l’Institut universitaire sur les dépendances, Serge Brochu, a abondé dans le même sens. «Les employeurs qui connaissent peu le produit craignent que les gens vont tous arriver gelés le lendemain. C’est faux.»

Une hausse temporaire de l’usage du cannabis pourrait être notée peu après la légalisation, mais elle sera attribuable à un certain segment de la population qui consommera «par curiosité», a-t-il ajouté.

«On s’inquiète peut-être un peu trop. La majorité des gens vont avoir une conduite responsable.»

Politique sur la consommation

Le colloque a également pour objectif de mieux outiller les employeurs de différents milieux à la légalisation prochaine.

«Il y a différents enjeux que peuvent connaître les organisations, dont la question de la gestion d’un employé sous l’emprise du cannabis. Il y aussi les enjeux de détection. Comment on repère quelqu’un qui a consommé du cannabis et a-t-on le droit de faire des tests de dépistage?», a fait valoir la directrice par intérim de la formation continue à la Faculté de l’éducation permanente de l’université, Mélanie Bosc.

Les notions de performance au travail et de santé et sécurité sont d’autres enjeux à aborder, a-t-elle précisé.

Les intervenants du milieu académique souligneront également l’importance d’élaborer des politiques claires sur la consommation du cannabis en milieu de travail et de poser des actions de sensibilisation et de prévention à la consommation.

Ateliers de formation

En fonction des discussions qui auront lieu lors du colloque, l’Université de Montréal mettra en place des ateliers de formation auxquels pourront participer des organisations à compter de l’automne.

Les ateliers seront une continuité du colloque et répondront aux préoccupations des employeurs.