/misc
Navigation

Retraite de Stéphane Gasse: jour triste pour la radio

Retraite de Stéphane Gasse: jour triste pour la radio
PHOTO D'ARCHIVES AGENCE QMI , DANIEL MALLARD

Coup d'oeil sur cet article

Je ne connais pas Stéphane Gasse beaucoup mieux que vous, qui l’écoutez régulièrement. Nous avons eu l’occasion de travailler en même temps et pour le même employeur mais jamais à la même émission.

Les auditeurs s’attendent des animateurs qui s’adressent à eux qu’ils soient curieux de tout, assez cultivés pour pouvoir parler de tous les sujets avec un minimum de compétence et, quand ces animateurs doivent recourir à des collaborateurs extérieurs qui sont des spécialistes, qu’ils aient l’intelligence de poser les bonnes questions.

Stéphane Gasse peut vous parler de politique internationale, de cuisson sur le BBQ, de sport, de science ou d’éducation des enfants avec une compétence vous donnant l’impression qu’il est spécialiste de tout.

Et avec un peu de chance, il vous « poussera » une chanson western issue du terroir le plus occulte de sa Gaspésie natale.

En un mot comme en mille, outre sa voix remarquable, Stéphane Gasse a plusieurs qualités essentielles pour faire ce métier et j’ai toujours été très étonné (lui aussi sans doute) qu’il n’ait pas littéralement explosé dans le marché de Québec.

Voici un animateur qui a été assez polyvalent pour travailler pour Radio-Canada et Radio X et qui, à l’époque où Arthur et Gillet étaient au FM 93, était le seul animateur capable de remplacer les deux, avec l’accord des deux. Si ÇA n’est pas la meilleure représentation de la polyvalence, je ne sais pas ce que cela vous prend.

La radio est un train. Tu montes à une gare, tu fais un parcours qui te permet de rencontrer d’autres passagers qui, eux aussi, montent ou descendent à un moment ou un autre. Mais éventuellement, ce sera ton tour. Et le train va continuer sans toi et c’est très bien ainsi.

Stéphane a choisi de descendre une couple de gares plus tôt que prévu.