/news
Navigation

Clivage générationnel sur l'appui au projet d'oléoduc Trans Mountain

Oléoduc Trans Mountain
Photo courtoisie, Kinder Morgan Energy Partners

Coup d'oeil sur cet article

Les Canadiens s'accordent pour dire que l'oléoduc Trans Mountain pourrait être bénéfique pour l'économie du pays, mais sont divisés quant à leur appui au projet de Kinder Morgan, montre un sondage de Forum Research relayé par le journal «The Hill Times».

Selon le coup de sonde mené à la mi-mai, 58 % des Canadiens sont convaincus que l'oléoduc, qui permettrait de tripler la capacité de canalisations existantes entre l'Alberta et la Colombie-Britannique pour acheminer 900 000 barils de pétrole par jour, aurait un effet positif sur l'économie du Canada.

Malgré tout, seuls 42 % des Canadiens sondés par Forum Research ont dit supporter le projet d'oléoduc. La firme de sondage a d'ailleurs relevé que, plus la personne sondée était âgée, plus elle avait tendance à donner son appui au projet, et vice-versa.

«Les libéraux ne rendront pas tout le monde heureux [en appuyant le projet]. [...] Il y a un immense écart générationnel», a expliqué le président et chef de la direction de Forum Research, Lorne Bozinoff, au «Hill Times». Selon lui, l'appui du premier ministre Justin Trudeau au projet pourrait coûter cher aux libéraux, qui avaient obtenu un appui massif des jeunes lors des dernières élections fédérales.

Rappelons que M. Trudeau a affirmé que son gouvernement est prêt à indemniser Kinder Morgan pour que la compagnie américaine aille de l'avant avec la construction de l'oléoduc, suspendue en raison de l'opposition de la Colombie-Britannique.

Les gens les plus susceptibles de donner leur appui au projet ont entre 55 et 64 ans (49 %), votent pour le parti conservateur (63 %), sont des hommes (53 %), vivent en Alberta (74 %) et ont un revenu élevé de 80 000 à 100 000 $ (74 %).

À l'opposé du spectre, les personnes les plus susceptibles de s'opposer à Trans Mountain sont les jeunes de 34 ans et moins (55 %), qui votent pour le NPD (67 %), qui vivent au Québec (54 %), les femmes (43 %) et qui ont un faible revenu entre 20 000 et 40 000 $.

Le sondage a été réalisé par téléphone auprès de 1484 Canadiens les 15 et 16 mai. La marge d'erreur est de 3 %, 19 fois sur 20.