/news/politics
Navigation

Une autre libérale passe à la CAQ

Nadine Girault, qui a déjà songé à se présenter pour le PLQ, fait le saut avec les caquistes

Sans surprise, le président de la CAQ, Stéphane Le Bouyonnec, a annoncé qu’il tentera à nouveau sa chance dans le comté de La Prairie, d’où il a été chassé en 2014. On le voit ici avec le chef caquiste François Legault et la nouvelle candidate dans Bertrand, Nadine Girault.
Photo Marc-André Gagnon, Journal de Québec Sans surprise, le président de la CAQ, Stéphane Le Bouyonnec, a annoncé qu’il tentera à nouveau sa chance dans le comté de La Prairie, d’où il a été chassé en 2014. On le voit ici avec le chef caquiste François Legault et la nouvelle candidate dans Bertrand, Nadine Girault.

Coup d'oeil sur cet article

Après Marguerite Blais dans Prévost, Vincent Caron dans Portneuf et Svetlana Solomykina dans Taschereau, la CAQ accueille une autre ex-libérale dans ses rangs, Nadine Girault, qui sera candidate dans la circonscription de Bertrand, dans les Laurentides.

En conférence de presse avec François Legault et Stéphane Le Bouyonnec, qui sera à nouveau candidat dans La Prairie, Mme Girault a reconnu qu’elle avait songé à se présenter pour le Parti libéral du Québec lors de l’élection partielle dans Verdun, après le départ de Jacques Daoust.

Notre Bureau parlementaire a aussi relevé, auprès du Directeur général des élections, que la nouvelle candidate caquiste a effectué des contributions totalisant près de 400 $ au PLQ au cours des dernières années.

Interrogée à ce sujet, la femme d’affaires et gestionnaire, dont les parents sont d’origine haïtienne, a raconté que c’est d’abord pour appuyer celle qu’elle considère comme une « amie », Dominique Anglade, qu’elle a effectué des dons au PLQ.

Amie ou pas amie ?

« Vous n’êtes pas sans savoir que je suis amie avec Dominique Anglade, a expliqué Mme Girault. Dominique et moi, on se connaît depuis très longtemps. Nos parents se connaissaient, puis c’est sûr que quand on a une amie qui se présente en politique, bien on l’appuie. Et même, quand j’ai pensé moi-même à faire le saut en politique, la première personne que j’ai appelée, c’est elle. »

Le registre public indique pourtant que la première contribution versée par Mme Girault au Parti libéral remonte à 2012, soit à l’époque où Mme Anglade était présidente... de la CAQ.

C’est en 2015 que Mme Anglade est passée aux libéraux, en succédant à Marguerite Blais lors d’une élection partielle dans Saint-Henri–Sainte-Anne.

Rappelons que Mme Blais a récemment annoncé son retour en politique, mais cette fois avec l’équipe de François Legault, dans la nouvelle circonscription de Prévost, dans les Laurentides.

« Mme Girault et Mme Anglade se connaissent, mais ce ne sont pas des amies proches, contrairement à ce qui a été véhiculé », a tenu à préciser le cabinet de la ministre Anglade, samedi matin.

La mosquée : un tournant

Mme Girault, qui a déjà été haut placée au Fonds de solidarité FTQ, à la BMO, chez Desjardins Sécurité Financière et à la RBC, en plus d’effectuer un bref passage à la Fondation One Drop, a dit être passée à la CAQ après avoir rencontré M. Legault et son équipe.

L’un des « points tournants » a aussi été la façon dont Philippe Couillard a réagi à la suite de la tragédie de la mosquée à Québec, qu’elle « n’a pas aimée du tout ».

Elle reproche notamment au chef libéral d’avoir rejeté la main tendue de M. Legault pour régler le dossier de la laïcité, en se ralliant aux propositions de la commission Bouchard-Taylor.

M. Legault a souligné qu’il en a été de même pour son candidat dans Portneuf, Vincent Caron, qui travaillait auparavant comme attaché politique du député libéral Michel Matte.