/news/society
Navigation

Au volant de sa voiture et sur Facebook à 103 ans

103 ans
Photo Dave Parent Claire Sigouin pose à côté de sa Honda Civic 2002 qui affiche 30 000 km.

Coup d'oeil sur cet article

BOIS-DES-FILION | Une dame des Laurentides qui vient tout juste de célébrer ses 103 ans n’a pas l’intention de quitter sa maison, et encore moins de se départir de son permis de conduire.

Claire Sigouin a soufflé 103 chandelles le 23 mai dernier. Pour rester en contact avec ses proches, elle a un ordinateur, une tablette, et elle a même un compte Facebook.

Très vive d’esprit, la dame ne veut pas entendre parler de foyer pour personnes âgées, son regard enjoué devenant tout à coup plus sévère quand on aborde la question.

« À venir jusqu’à maintenant, je n’ai pas à me plaindre. J’entretiens ma maison, je fais mon ouvrage. Tant que je vais pouvoir le faire, je vais le faire », explique-t-elle.

Elle conduit toujours

Mme Sigouin tient à son autonomie. Elle a toujours son permis de conduire et elle ne voit pas pourquoi elle s’en priverait. Sa Honda Civic 2002 n’a même pas 30 000 km au compteur.

« Je ne conduis pas le soir, juste le jour, et je ne vais jamais sur l’autoroute. Je conduis juste pour me déplacer dans le coin, faire mes commissions. Je ne fais pas beaucoup de millage », explique la dame.

86 ans dans la même maison

Claire Sigouin est née en 1915. La maison qu’elle habite aujourd’hui a été construite par ses parents, en 1932, mais à l’époque c’était un chalet et Bois-des-Filion était une « campagne éloignée », un site de villégiature que les gens de la ville fréquentaient.

« Mon premier travail, à 17 ans, était à la plage Idéale [à Laval] l’été, comme caissière. On demandait 25 sous pour entrer », raconte Mme Sigouin en parlant d’une époque où la rivière des Mille-Îles était un cours d’eau propre et très prisé des baigneurs.

Photographiée dans les années 1940.
Photo Dave Parent
Photographiée dans les années 1940.

Mme Sigouin n’a jamais été mariée et elle n’a pas eu d’enfant. Un parcours de vie peu commun à son époque. Dans les années 1930, une femme dans la vingtaine qui n’était pas mariée était considérée comme une vieille fille.

Une étiquette qui n’a jamais dérangé la sympathique dame.

« Pour se marier, il faut être en amour, sinon la vie va être longue. Maman ne nous poussait pas pour qu’on se marie », raconte cette centenaire enjouée.

Le secret de sa longévité

Jouissant d’une excellente santé, Claire Sigouin répond rapidement à la question que bien des gens lui ont posée au cours des 10 dernières années. Quel est le secret de sa longévité ?

« Je n’en ai pas de secret », dit-elle en riant.

Puis, après quelques secondes de réflexion, elle ajoute : « J’ai beaucoup marché dans ma vie, peut-être que ç’a aidé. »

« Et le matin, après le déjeuner, je prends un petit fond de brandy dans un tout petit verre », conclut la dame avec un large sourire.

– En collaboration de monjournal.ca