/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Défendre la laïcité n'est pas une «crispation identitaire»

M'anifestation anti-laïcité
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Et voilà, c’est reparti, le bal des accusations outrancières envers ceux qui ont voulu débattre de laïcité au Québec.

Je passe outre la ridicule étude dont on parle depuis quelques jours à propos de la « charte du PQ » et son lien supposé dans la radicalisation de certains jeunes musulmans. En m’inspirant du proverbe  qui dit que « tout ce qui est excessif devient, essentiellement, insignifiant ».

Les injonctions au silence

D’abord, clarifions une chose. Il n’y a absolument rien, mais rien, de « raciste », de « xénophobe » dans le fait de préférer la laïcité institutionnelle au multiculturalisme à la Justin Trudeau.

Rien.

Et ceux qui lancent de telles accusations dès qu’il est question de simplement en débattre, ce qu’ils cherchent, en fait, c’est d’imposer le silence, c’est de cadenasser toute discussion sur le sujet. Comme si remettre en question le multiculturalisme était, en soi, « raciste ». Or, il n’en est rien.

Mais les élections s’en viennent et ce débat risque bien de refaire surface. On l’a vu au cours des dernières heures alors que le candidat de Québec « solidaire » dans le comté montréalais de Jeanne-Mance-Viger a traité la candidate du PQ Michelle Blanc « d’islamophobe ». Des accusations tout à fait ridicules. Les QSisites auraient-ils peur de perdre Mercier? Ça ne vole pas haut...

« La charte du PQ »

Il se dit tellement d’énormités en ce qui concerne le débat initié par le PQ sur la laïcité, difficile de séparer le crédible de ce qui relève du « journalisme militant ».

Car oui, certains médias, journalistes, étaient ouvertement hostiles à toute critique du multiculturalisme. Et rien n’indique que cela changera lors de la prochaine campagne électorale.

Suffit de comparer le traitement médiatique du projet de loi 60 du PQ (la Charte) à celui des projets de loi 59 et 62 du Parti libéral pour comprendre l’abysse qui sépare l’un et l’autre.

Les Charest et Couillard ont disposé de plus d’une décennie pour régler la question de la laïcité et des accommodements au Québec. Ils ont accouché du liberticide PL59, qu’ils ont dû passer à la trappe tant il était contesté de tout le monde; et du PL62, qui ne règle absolument rien sinon que d’envoyer la patate chaude des accommodements dans la cour des fonctionnaires. D’une lâcheté.

Le PLQ doit-il composer avec les stigmates de ces échecs en la matière de la même façon qu’on traite du PL60 du PQ? Bien sûr que non. On oublie parfois que c’est dans le mandat de Radio-Canada de défendre le multiculturalisme. Et que dire de La Presse, dont les éditorialistes se sont prononcés maintes fois, de façon équivoque, contre la laïcité.

La « crispation identitaire »

François Cardinal a tenu ces jours-ci des mots très durs sur « la charte du PQ » en qualifiant l’exercice de « crispation identitaire »; tout en félicitant, d'autre part, les propositions du PQ actuel - post Drainville en somme, en matière d'immigration.

On notera toutefois que la pire « crispation » dans ce débat, c’est sans contredit celle des libéraux qui ont refusé pendant plus d’une décennie d’agir et de légiférer; laissant pourrir la situation à dessein, par pur électoralisme, et ce même quand un consensus se dessinait et était à la portée de tous à la suite de l’attentat de la mosquée de Québec.

Plus le PQ s’éloignera de toute proposition de laïcité qui rompt avec le multiculturalisme de Trudeau, plus il sera cautionné par ceux qui militent bec et ongles pour que le Québec ne choisisse jamais la voie de la laïcité assumée.

Pourquoi?

Simple : choisir la laïcité institutionnelle serait un des gestes de rupture les plus puissants que pourrait faire le Québec vis-à-vis du Canada; ce pays dont l’une des caractéristiques fondamentales de l’identité est le multiculturalisme.

Car même si la majorité claire des Québécois préfère une quelconque forme de laïcité au multiculturalisme de Trudeau, cette volonté de la majorité sera attaquée de façon vorace, au renfort de toutes les pires épithètes possible : raciste, xénophobe, crispation identitaire... Mettez-en, c’est pas de l’onguent.

Mais à une époque où ceux qui font de la promotion du multiculturalisme voient la chose comme un dogme inattaquable, toute défense de la laïcité est vue comme une hérésie.

Foutaise.

La réalité c’est que le multiculturalisme est UNE des politiques possibles en matière d’organisation sociétale de la diversité. La laïcité en est une autre. Et il existe nombre de teintes possibles en fonction de ces concepts.

Et, on ne le répètera jamais assez, il n’y a rien de raciste ou de xénophobe dans le fait de militer pour rompre avec le multiculturalisme. Il n’y a rien de raciste dans le fait de lui préférer une teinte quelconque de laïcité. Aussi, la laïcité n'est pas un frein au pluralisme, à l'ouverture et à la tolérance.

N’en déplaise aux tenants de la « crispation diversitaire ».