/weekend
Navigation

Après une période difficile, Coeur de Pirate a repris le goût à la musique

Après une période difficile, Coeur de Pirate a repris le goût à la musique
Photo Jocelyn Michel, consulat.ca, illustration Johanna Reynaud

Coup d'oeil sur cet article

Cœur de pirate ne le cache pas : En cas de tempête, ce jardin sera fermé a bien failli ne pas voir le jour. Mais après une période de vide marquée par les fêtes et l’alcool, elle a finalement repris l’écriture. « [Cet album-là] n’était pas censé arriver. Je l’ai surtout fait pour les gens qui m’écoutent et qui sont là depuis le début », avoue la chanteuse.

Non, Cœur de pirate n’avait pas néces­sairement l’intention d’enregistrer de nouvelles pièces. Encore moins de les écrire. En fait, l’envie l’avait « quittée depuis longtemps », confie-t-elle dans les remerciements de ce nouvel album. C’est une rencontre marquante avec son réalisateur, Tristan Salvati, qui a su raviver la flamme.

Il faut dire que la fin de sa dernière tournée lui avait laissé un goût amer. La chanteuse a vécu un « vide immense » en rentrant à la maison après la série de spectacles accompagnant son album Roses. Et ce « vide », c’est avec les sorties et l’alcool qu’elle a tenté de le combler.

« En tournée, tu vis tellement d’émotions fortes et d’adrénaline puis, d’un coup, plus rien. J’étais à Montréal, je n’avais pas vu mes amis depuis trois ans et je voulais en profiter. Je vivais une séparation, c’était difficile, je suis tombée dans un truc où j’ai commencé à boire. Je n’étais pas alcoolique, mais je faisais le party. Et j’étais bien là-dedans, évoque-t-elle.

« Je me suis rendu compte à un moment donné que je n’écrivais plus de chansons, ce qui est très bizarre pour moi. J’écris tout le temps, ça fait partie de mon métier. J’ai vu qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. J’ai arrêté de boire et tout ce que j’avais réprimé durant les trois dernières années est revenu d’un coup. Je savais que je devais écrire des chansons, sinon j’allais exploser », poursuit-elle.

En tournée

Avec une nouvelle tournée qui se trame, Cœur de pirate sait qu’elle devra être prudente afin de préserver son équilibre et son énergie. Et elle y est préparée. Tout a été pensé pour l’empêcher de sombrer à nouveau.

« Je couvre vraiment moins de territoire. Par exemple, quand je vais aller aux États-Unis, ce sera dans de grandes villes où je sais que les gens vont acheter des billets. C’est une question de me ménager un peu plus », explique-t-elle.

Un autre élément vient également pousser la chanteuse à repenser sa vie de tournée : sa fille Romy, 5 ans, commencera officiellement l’école primaire dans quelques mois. Elle est attendue en première année dès la rentrée.

« La vie de tournée est plus compliquée aujourd’hui. Au Québec, ça va bien, les spectacles sont la fin de semaine. Mais pour la France, je dois partir et rester un mois là-bas. J’ai de la chance, son père est merveilleux et très présent. Et Romy est habituée. Mais moi, ça me fait de la peine. C’est surtout ça », explique-t-elle.

« Il faut faire face à nos démons »

Après une période difficile, Coeur de Pirate a repris le goût à la musique
Photo Jocelyn Michel

Après une rupture et un coming out médiatisé, Coeur de pirate est aujourd’hui prête à s’affranchir de son passé avec un quatrième disque, En cas de tempête, ce jardin sera fermé. « Cet album-là, c’est toutes les choses que je n’ai jamais voulu aborder parce que j’avais peur de ce que les gens allaient penser de moi », confie-t-elle. La chanteuse sait qu’il marquera un tournant important dans sa carrière. Il y aura désormais un avant et un après.

« Je vieillis, je vais avoir 30 ans dans deux ans. À un moment donné, il faut faire face à nos démons et comprendre ce qui nous arrive pour faire changer les choses. Je ne peux pas vivre dans le déni constamment », poursuit Cœur de pirate.

Rencontrée au début du mois, la chanteuse nous paraît plus sereine et épanouie qu’à son habitude. D’ordi­naire très secrète sur sa vie privée, elle accepte d’entrouvrir la porte de ce jardin, offrant au Journal un aperçu de qui est réellement Béatrice Martin, la femme derrière l’artiste.

Le besoin d’écrire

Malgré ces impressions de confiance, la chanteuse s’avoue « très nerveuse » à l’idée de lancer En cas de tempête, ce jardin sera fermé. Sur ces 10 nouvelles chansons, toutes francophones, Cœur de pirate lève le voile sur certains chapitres très personnels de sa vie.

Car il s’en est passé des choses depuis la sortie de Roses, son album précédent paru il y a près de trois ans. D’abord, une rupture avec son conjoint, Alex Peyrat, puis un coming out ultra médiatisé au cours duquel Cœur de pirate s’est annoncée queer, ou pansexuelle, se disant donc attirée par des personnes quel que soit leur sexe ou leur genre.

Une nouvelle narration

Il y a donc un peu de tout ça dans En cas de tempête, ce jardin sera fermé, un quatrième album attendu dans les bacs vendredi. À commencer par ce coming out, un événement qui teintera désormais son approche de la musique.

« Ça a changé complètement ma manière d’écrire au niveau de la narration de base hétérosexuelle que je faisais beaucoup avant parce que j’étais dans des relations avec des gars. Cet album est très axé sur mes relations avec les hommes cisgenre, mais il y a un peu de tout », révèle la chanteuse.

En ce sens, elle cite la chanson Malade, pour laquelle elle a puisé son inspiration dans sa relation passée avec la chanteuse et musicienne transgenre Laura Jane Grace.

« Je ne me censure pas. Et je n’ai pas peur. Je pense que ça va faire partie de mon art, d’une certaine façon », explique­­­ Cœur de pirate.

Un projet « cathartique »

Évidemment, l’exercice d’écriture n’aura pas été de tout repos pour Cœur de pirate. Libérateur ? Oui. Mais certes pas aisé. Le premier extrait, Prémonition, l’a forcée à se replonger dans une relation passée abusive.

« Dans mes autres albums, je mettais le blâme sur les autres. Mais là, je me remets en question. C’est la première fois que je fais face à mes traumatismes du passé qui ont fait en sorte que je répète les mêmes schémas constamment. Prémonition parle exactement de ça, du fait qu’on se complaît dans les choses qui nous font du mal parce que ça nous rassure. Ce n’est pas tout le monde qui fait ça, évidemment. Mais moi, c’était vraiment ça. Le tournage du clip a été cathartique pour moi », explique-t-elle.

Elle espère d’ailleurs que son album En cas de tempête, ce jardin sera fermé aura un effet semblable sur ses fans. Après avoir été elle-même transformée par l’écriture de cet album, elle se sent maintenant prête à le laisser aller.

« Je me dis que ça va faire du bien que ça ne m’appartienne plus. C’est ça la beauté de la musique, les gens se réapproprient ce que tu dis, ils mettent leurs histoires dessus et ça leur permet de guérir eux aussi d’une certaine façon », espère-t-elle.


 L’album En cas de tempête, ce jardin sera fermé sera en vente le 1er juin. Cœur de pirate sera en spectacle au MTelus de Montréal le 6 septembre et à l’Impérial Bell de Québec le 7 septembre.