/finance/pme
Navigation

L’intelligence artificielle au secours de l’attente en santé

En moins d’un an, il a fait fondre le temps d’attente de moitié, de 45 à 20 minutes

Dax Dasilva
Photo Chantal Poirier « On a 20 ans de rattrapage à faire en technologie en santé à peu près. Ce n’est pas les défis qui manquent », estime Benoit Brunel, président-directeur général et fondateur de Bonjour-santé, une application développée par la PME de Boucherville, Tootelo.

Coup d'oeil sur cet article

Bonjour-santé estime pouvoir régler une fois pour toutes l’attente en clinique, au Québec, grâce aux algorithmes de l’intelligence artificielle développée chez nous.

« C’est assez révolutionnaire. On va implanter ça dans notre réseau de 327 cliniques. On veut implanter ça partout au cours des deux prochaines années », se félicite Benoit Brunel, président de Tootelo, la société mère de Bonjour-santé, qui emploie quelque 140 personnes à Boucherville.

Lancé en 2010, Bonjour-santé n’arrivait pas à faire descendre le temps d’attente en clinique en bas de 45 minutes depuis plusieurs années.

M. Brunel a donc décidé, il y a un an, de faire appel à l’équipe du chercheur Yoshua Bengio, de l’Institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal (MILA), pour s’attaquer au problème.

Première mondiale

Résultat, en moins d’un an de travail, il a réussi à diminuer le temps d’attente de plus de la moitié, de 45 minutes à 20 minutes, à la Polyclinique Levasseur, à Montréal.

Un succès qu’il souhaite maintenant reproduire partout au Québec.

« Est-ce que c’est une première mondiale ? On est porté à dire : “Oui.” On veut être prudent parce que c’est difficile à savoir, mais je n’ai jamais vu ça nulle part ailleurs », se réjouit le patron de Bonjour-santé. « Sans MILA, on n’y serait pas arrivé », ajoute-t-il.

En gros, M. Brunel a utilisé toutes les données recueillies par son application ces dernières années.

Mine d’or

Il a ensuite utilisé cette mine d’or d’informations pour mieux comprendre ce qui explique le temps d’attente en clinique au Québec.

De la météo en passant par les soirées de hockey, Bonjour-santé a été capable de prendre en considération tous les facteurs qui influencent de près ou de loin l’attente en clinique pour le faire fondre comme neige au soleil.

Benoit Brunel insiste pour dire que ce service, servant à prévoir le temps d’attente, est gratuit autant pour les patients que pour les cliniques.

Il précise que Bonjour-santé finance cette plateforme-là avec d’autres services payants, comme son moteur de recherche connu des Québécois permettant de trouver un rendez-vous dans une clinique pour un peu moins de 20 $.