/entertainment/movies
Navigation

Gala Artisans Québec Cinéma: cinq Iris pour «Les affamés»

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Le film Les affamés de Robin Aubert s’est démarqué, mardi soir, en remportant cinq prix Iris, lors du Gala Artisans Québec Cinéma, présenté au Studio 42 de la Maison de Radio-Canada.

Avec son film de zombies, Robin Aubert a surpris autant le public local que ceux de l’étranger. Il a d’ailleurs reçu le prix du film s’étant le plus illustré à l’extérieur du Québec. «Ce prix récompense surtout le pari et les risques que l’on a pris, a-t-il indiqué en entrevue. Au début, on me prenait pour un fou de faire un film de zombies, ce qui était à la limite rendue dépassé.

Mais je salue le risque que Stéphanie Morissette a pris en produisant ce film. Je suis très content.»

Les affamés s’est aussi mérité des prix dans les catégories meilleurs effets visuels, meilleur maquillage, meilleur son et meilleure musique originale.

Parce que les reconstitutions historiques de différentes époques étaient vraiment réalistes, Hochelaga, Terre des Âmes, de François Girard, est reparti avec quatre trophées Iris pour la meilleure direction artistique, le meilleur costume, la meilleure coiffure et la meilleure direction photo.

Le film Les rois mongols de Luc Picard n’a obtenu qu’un seul trophée pour la meilleure distribution des rôles.

Top chrono

À la barre de ce gala express, qui a duré seulement 60 minutes, Léane Labrèche-Dor et Pier-Luc Funk n’ont pas ménagé leurs efforts. «C’était comme un marathon sprinté», a résumé Léane Labrèche-Dor.

Dans leur monologue d’ouverture, les deux animateurs n’ont pas manqué de souligner les bouleversements qui ont touché le milieu du cinéma dans la dernière année, notamment toutes les dénonciations liées au mouvement #Metoo.

Tout en humour, ils ont aussi évoqué les cinq films québécois qui ont fait plus d’un million d’entrées, mais qui ne sont pas en nomination au gala Québec Cinéma.

«C’était le fun de se permettre de pousser la limite, mais toujours avec beaucoup d’amour, a analysé Pier-Luc Funk. Dans ce gala, il y a une plus grande liberté et moins de protocole que dans un gala plus officiel comme dimanche prochain.»

Pour le Gala Québec Cinéma, dimanche prochain, le film «Les affamés» est encore en lice dans quatre catégories, Hochelaga, Terre des Âmes ne concourt plus que dans une seule catégorie, alors que Les rois mongols compte encore trois nominations.

Les gagnants du Gala Artisans Québec Cinéma

  • Meilleure direction de la photographie: Nicolas Bolduc, Hochelaga, Terre des Âmes
  • Meilleure direction de la photographie - film documentaire : François Messier-Rheault, Ta peau si lisse
  • Meilleurs effets visuels: Jean-François «Jafaz» Ferland, Les affamés
  • Meilleure distribution des rôles: Emmanuelle Beaugrand-Champagne, Nathalie Boutrie, Frédérique Proulx, Les rois mongols
  • Meilleure coiffure: Réjean Forget et Ann-Louise Landry, Hochelaga, Terre des Âmes
  • Meilleurs costumes: Mario Davignon, Hochelaga, Terre des Âmes
  • Meilleur maquillage: Marie-France Guy et Erik Gosselin, Les affamés
  • Meilleur son: Jean-Sébastien Beaudoin Gagnon, Stéphane Bergeron et Olivier Calvert, Les affamés
  • Meilleur son - film documentaire: Catherine Van Der Donckt et Jean-Paul Vialard, La part du diable
  • Meilleur montage: Dominique Fortin, Chien de garde
  • Meilleur montage - film documentaire: Anouk Deschênes, Manic
  • Meilleure direction artistique: François Seguin, Hochelaga, Terre des Âmes
  • Meilleure musique originale: Pierre-Philippe «Philou» Côté, Les affamés
  • Film s’étant le plus illustré à l’extérieur du Québec: Les affamés de Robin Aubert