/sports/football
Navigation

Docteur Duvernay-Tardif

Le garde des Chiefs de Kansas City vient de terminer ses études en médecine à l’Université McGill

Coup d'oeil sur cet article

L’histoire ne dit pas si le chandail orné du numéro 76 de Laurent Duvernay-Tardif sera coiffé des lettres M.D. au dos, mais chose certaine, après huit ans de labeur, le garde à droite des Chiefs de Kansas City a officiellement obtenu son diplôme en médecine, mardi, à l’Université McGill.

C’était journée de fébrilité sur les terrains du prestigieux établissement, tandis que des centaines d’étudiants défilaient et prenaient la pose pour souligner la remise des diplômes. Du lot, le sympathique géant de 6 pi 5 po et 320 lb rayonnait, lui qui devenait officiellement le premier joueur actif de l’histoire de la NFL à revendiquer le titre de médecin.

Crédit vidéo : Renaud Lessard

« Ça veut dire beaucoup pour moi et je ne sais pas si je le réalise encore pleinement. C’est un sentiment indescriptible de fierté. C’est l’une des premières fois que je suis fier de moi et que je n’ai pas honte de le dire », a-t-il expliqué avec son incomparable humilité.

Une énorme commande

Une telle cérémonie a évidemment ravivé des souvenirs pas si lointains. Pendant quatre ans, de 2010 à 2014, Duvernay-Tardif a mené de front sa carrière universitaire avec les Redmen et ses études. En 2014, son cheminement s’est complexifié de manière importante quand il a été repêché par les Chiefs en sixième ronde.

Il a alors attaqué de front les deux lourdes commandes avec la ferme intention de terminer ses études en 2018. C’est chose faite !

« Depuis le tout début, la médecine pour moi était le plan A, la vision primaire. Le football est une opportunité incroyable. Je suis choyé de pouvoir pratiquer un sport que j’aime. Cela dit, quand j’ai été repêché en 2014, je me suis promis à moi-même : peu importe les embûches, tu dois “graduer” en médecine parce que c’est ta vision initiale. C’est un peu ça qui m’a nourri à travers les défis », a-t-il réfléchi.

Des dodos dans le vestiaire

Et des défis, il y en a eu ! Bien avant de devenir garde partant récompensé de l’un des plus riches contrats à sa position, ou encore Docteur Duvernay-Tardif, l’athlète-étudiant a collectionné les courtes nuits dans le vestiaire des Redmen entre les cours, les rotations cliniques et les entraînements.

Puis, plus récemment, les moments de répit ont été rarissimes entre les exigences de ses études et les rigueurs de la NFL.

« Il y a eu des moments plus difficiles, mais je me disais : je suis qui pour me plaindre ? J’ai la chance de pouvoir combiner une carrière sportive professionnelle dont beaucoup de gens rêvent, tout en étudiant en médecine, ce que beaucoup de gens envient. Je n’avais pas le droit de laisser tomber parce que j’avais une chance inouïe », a-t-il raconté.

Et les fameuses lettres ?

Histoire de boucler la boucle et de donner un exemple bien visible aux jeunes qui épient sa carrière, Duvernay-Tardif aimerait bien ajouter deux lettres à son chandail. Nul doute que ses larges épaules laissent encore amplement d’espace pour coudre « M.D. » devant son prénom afin de rappeler qu’il est le premier et le seul médecin dans la plus prestigieuse ligue de football.

Mais convaincre les gros bonnets de la NFL du bien-fondé de sa démarche légitime, c’est une autre paire de manches...

Crédit vidéo : Renaud Lessard

« La demande a été envoyée et c’est à suivre. C’est sûr que c’est quelque chose que j’aimerais faire, mais en même temps, je vais me fier aux règlements. On sait que la NFL est stricte sur son code vestimentaire. Je ne veux pas trop pousser la note », a-t-il mentionné.

« Outre les deux lettres, c’est quand même un message hyper porteur d’avoir “gradué” en médecine et d’être le premier joueur actif à embarquer sur le terrain avec son diplôme en médecine. Je veux essayer d’inspirer la jeunesse en montrant qu’il est possible d’avoir une passion pour un sport et pour les études, en combinant le tout au plus haut niveau. »

M.D. ou pas sur le chandail, il y a fort à parier que la jeunesse puise déjà chez lui une bonne dose d’inspiration.

Prochaine mission : joueur étoile !

Maintenant qu’il est parvenu à se tailler un poste de partant avec les Chiefs et qu’il est diplômé en médecine, Laurent Duvernay-Tardif peut entamer une nouvelle quête sur le terrain.

Lorsqu’un journaliste a soulevé que la prochaine étape de son cheminement individuel dans la NFL pourrait être de s’établir parmi les étoiles qui représentent leur équipe au Pro Bowl, le garde a explosé de rire, mais n’a pas caché ses intentions pour autant.

« Je pense que ce serait quand même le fun de “graduer” en médecine et dans la NFL en même temps, dans la même année », a-t-il souri.

« Je veux que mon focus soit encore plus à 100 % sur le football pour voir à quel point je peux devenir un bon joueur. »

Laurent Duvernay-Tardif, All-Pro ? Pourquoi pas ? Après tout, n’eût été une blessure au genou qui a freiné son irrésistible poussée la saison dernière, Duvernay-Tardif ne semblait pas si loin d’une place de choix parmi la constellation.

Selon lui, il ne peut que remercier les Chiefs, à la fois pour son ascension rapide sur le terrain et la flexibilité qu’ils ont démontrée par rapport à ses objectifs académiques élevés.

« J’ai été privilégié à Kansas City. Pendant toutes mes visites avant le repêchage, j’ai eu la chance de rencontrer 10 entraîneurs en chef et coach Reid a été l’un des seuls qui m’a dit qu’il voyait la médecine comme un point positif. Il m’a toujours accommodé et m’a fait confiance. Sans la flexibilité que les Chiefs m’ont démontrée, je n’aurais jamais été capable de “graduer” en 2018 », a-t-il affirmé.

Peu de temps pour souffler

Maintenant que ses études sont derrière lui, la médecine n’est pas laissée derrière pour autant. Après tout, s’il désire exercer le métier qui le passionne après sa carrière dans la NFL, Duvernay-Tardif doit trouver une façon de demeurer impliqué dans ce domaine en constante évolution.

« Ça reste à voir. La première étape, c’est de savourer cette victoire, puis d’en savourer 16 autres à Kansas City pendant la saison régulière ! »

« Plusieurs questions demeurent en suspens, mais je veux prendre le temps de célébrer. Après ça, je vais définitivement devoir penser à mon plan en termes de résidence, de médecine, de permis de travail. Je ne pourrai pas ne pas faire de médecine durant les cinq prochaines années, mais il y a différentes manières d’y arriver, que ce soit avec une maîtrise ou en restant dans le milieu clinique durant les saisons mortes. C’est ce genre d’arrangement que je suis en train de faire avec la faculté. »