/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Un mois... une éternité

Un mois... une éternité
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Nous sommes le 29 mai 2018. Vous rendez-vous compte que d’ici un mois, ce sera officiellement l’été ? Nous aurons célébré la Saint-Jean-Baptiste et plusieurs d’entre vous, chers lecteurs, auront amorcé leurs vacances estivales. 

Pourtant, il se passera tellement de choses en seulement quatre petites misérables semaines sur le plan politique.

La fin pour Martine Ouellet?

Ce week-end, la chef du Bloc québécois fera face à son destin. Un Martinerendum. Pourra-t-elle remporter son pari et gagner le vote de confiance? Tous les indicateurs semblent nous démontrer que non, et qu’elle subira une sévère correction. Cependant, permettez-moi d’y inclure un bémol: le taux de participation. Ce parti a 20 000 membres, mais combien voteront?

Ceux qui sont favorables à Mme Ouellet voteront. Une partie de ceux qui sont contre pourrait bouder le vote, par désintérêt. Nous aurons peut-être des surprises.

Le PLQ nous en mettra plein la vue

Les libéraux ont eu l’intelligence de se choisir une date de grand rassemblement où ils sont les seuls à se réunir. Ils auront donc toute la patinoire et la patinoire qui va avec. Les médias parleront exclusivement du PLQ dans leurs bulletins de nouvelles et les analystes décortiqueront en détail les propositions de Philippe Couillard et de ses sbires.

Je m’attends à un PLQ déchaîné et confiant qui ira de propositions audacieuses, d’attaques bien senties contre la CAQ et de quelques annonces de candidatures prestigieuses. Il faut dire que François Legault a placé la barre très haute cette fin de semaine à Lévis.

Les élections en Ontario

À première vue, ce sujet n’intéresse personne, à part les «bibittes» de politique comme moi. Mais qu’on le veuille ou non, la correction politique que s’apprêtent à recevoir les libéraux de l’Ontario servira de comparaison aux analystes. Le Parti libéral est au pouvoir là-bas depuis 2003 (même chose pour celui du Québec, si on exclut le minoritaire péquiste). Le Parti conservateur dominait depuis plusieurs mois, mais est en voie de se faire rattraper par le NPD.

Plusieurs tenteront d’établir un parallèle avec ce qui pourrait se passer au Québec, bien que la situation soit totalement différente.

Accélérateur sur les projets de loi?  

L’Assemblée nationale ajournera ses travaux dans trois semaines, le 15 juin. Il y a actuellement 34 projets de loi déposés par le gouvernement qui n’ont pas encore été adoptés. On comprend qu’ils ne le seront pas tous et que plusieurs mourront au feuilleton. Parmi ces projets, notons:

Je doute fort que les libéraux fassent adopter sous bâillon un projet de loi aussi diviseur que l’interdiction d’une race de chien, les propriétaires ne leur pardonneraient jamais. Je me pose aussi la question sur la motivation que pourrait avoir Philippe Couillard sur la réduction des privilèges accordés aux anciens premiers ministres, au cas où ça ne tourne pas rond en octobre. Bref, j’ai bien hâte de voir les actions libérales.

Une dernière journée au Parlement

Le 15 juin 2018 sera la dernière journée à l’Assemblée nationale pour de nombreux parlementaires d’expériences. Des piliers comme François Gendron (42 ans), Pierre Paradis (37 ans) et Jean-Marc Fournier (22 ans) quitteront la maison du peuple au sein de laquelle ils ont siégé pendant si longtemps.

Plus de 360 ans d’expérience quitteront l’Assemblée nationale de façon volontaire. (Voir un texte que j’ai déjà écrit sur le sujet)

Et maintenant, quoi?

Dans un mois exactement, les chefs de tous les partis seront sur la route dans leur caravane et leur autobus, pour venir à la rencontre de VOUS, LES ÉLECTEURS. Ils arpenteront le Québec urbain et rural. Ils iront se faire photographier au pied du rocher Percé et devant le fjord du Saguenay. Ils n’hésiteront pas à porter le chapeau de cowboy à Saint-Tite et à assister à la course du cochon graissé de Sainte-Perpétue. Ils iront manger une poutine à Drummondville et à Victoriaville, car on ne sait toujours pas où elle a été inventée, et ils visiteront de multiples épluchettes de blé d’Inde, pourquoi pas à Neuville?

On connaît comment ça fonctionne. Je vous prédis également un défilé de la Coupe Stanley sur la «strip» de Las Vegas. De toutes les prédictions que je viens de faire dans ce texte, c’est la seule de laquelle je ne suis pas certain.