/news/currentevents
Navigation

Elle est prête à partir en guerre contre Kimi Räikkönen

La victime présumée a porté plainte contre le pilote de F1 pour agression sexuelle

Coup d'oeil sur cet article

La jeune Montréalaise, qui prétend avoir subi des gestes sexuels déplacés de la part du pilote de Formule 1 Kimi Räikkönen, est sortie de l’ombre mardi et affirme avoir porté plainte à la police de Montréal.

« C’est un homme qui a des fans et une industrie valant des milliards qui le supportent. Il a Ferrari et une armée d’avocats. Si Kimi, les médias et ses avocats veulent aller en guerre contre la vérité, eh bien, je suis prête », a lancé avec aplomb Cassandra Talula Dias-Greizis.

Cassandra Talula Dias-Greizis
Capture d'écran TVA Nouvelles
Cassandra Talula Dias-Greizis

Quelques jours avant le début du Grand Prix du Canada, la jeune femme de 29 ans s’est dévoilée dans les bureaux de ses avocats, semblant nerveuse et émotive au départ.

Lundi, Räikkönen a porté plainte contre elle au Service de police de la Ville de Montréal pour extorsion et harcèlement.

Mardi, elle a, à son tour, porté plainte contre le pilote de Ferrari pour agression sexuelle.

Kimi Räikkönen
Photo d'archives, Martin Chevalier
Kimi Räikkönen

Le Finlandais soutient que la femme le menaçait depuis quelques mois de dénoncer publiquement des attouchements sexuels que lui et un accompagnateur auraient commis lors d’une soirée, s’il ne lui remettait pas un montant « près des sept chiffres », selon une source proche du dossier.

La Montréalaise a qualifié la plainte du pilote de « dégueulasse et horrible ».

Aucune confirmation

Cassandra Talula Dias-Greizis n’a pas confirmé ni infirmé qu’elle avait réclamé de l’argent.

« Est-ce que c’est important ? [...] Il a pris quelque chose que j’ai essayé de reconstruire. Peu importe que je demande un million ou 2 milliards de dollars, il n’y a pas de prix qu’il puisse payer qui va réparer ce qu’il a fait », soutient-elle.

La jeune femme n’a pas voulu aborder ce qui s’est passé la nuit où elle aurait été agressée, mais elle a précisé que ça se serait produit en 2015 et non en 2016.

« Je savais que si j’allais dénoncer à la police, les médias allaient en entendre parler. Je voulais gérer ça à l’interne, face à face [avec Räikkonen] », a expliqué Mme Dias-Greizis.

Rappelons qu’en 2016, elle a écrit sur son blogue, sans nommer le Finlandais, ce qui se serait passé lors de cette soirée.

Elle raconte qu’un Räikkönen bien éméché lui aurait demandé combien il lui en coûterait pour l’avoir, elle, après avoir commandé à boire. Celle qui travaillait alors comme barmaid au Velvet Speakeasy aurait refusé.

Pas à vendre

Au moment de payer l’addition, le pilote de F1 lui aurait agrippé le sein droit en passant sa main dans sa robe, tandis qu’un ami qui accompagnait Räikkönen aurait « glissé sa main entre ses cuisses pour lui toucher le sexe ».

« Mon corps n’est pas à vendre. Je n’ai jamais consenti à rien avec lui, s’est-elle insurgée mardi. Maintenant, je suis inconfortable en présence des hommes et dans des situations romantiques. »

Le clan Räikkönen a préféré ne pas commenter les propos de Cassandra Talula Dias-Greizis.

« Les allégations sont niées en bloc, et on maintient qu’une somme d’argent a été exigée », a indiqué un porte-parole de l’équipe légale du pilote.

– Avec la collaboration d’Axel Marchand-Lamothe