/news/education
Navigation

Université McGill: les diplômés LGBTQ+ célébrés pour la première fois au Canada

Bonnes adresses université McGill
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une université montréalaise sera la première au Canada à honorer ses diplômés LGBTQ+ lors d’une cérémonie le mois prochain.

Mieux connue sous le terme de «Lavender Graduation Ceremony» en anglais, cette célébration, s’ajoutant à la collation des grades traditionnelle, sera organisée par l’Université McGill pour la première fois au pays.

Le but sera de souligner la réussite scolaire des étudiants non hétérosexuels et/ou non cisgenres qui terminent leurs études.

«Ce genre de cérémonies existent depuis longtemps aux États-Unis, mais on n’en a jamais eu au Canada», a expliqué mercredi Michael David Miller, bibliothécaire de liaison en littérature française, sciences économiques et études LGBTQ+ à la Bibliothèque de l’Université McGill.

«On sait qu’il y a un taux de décrochage scolaire, même à l’université, plus élevé chez les personnes LGBTQ+. Beaucoup de ces étudiants aussi subissent du harcèlement ou des agressions sexuelles plus que la moyenne, donc c’est pour ça qu’il faut souligner aussi leurs accomplissements d’avoir surmonté toutes ces épreuves supplémentaires durant leurs études», a-t-il ajouté.

Message international

M. Miller souligne aussi que l’Université McGill reçoit énormément d’étudiants internationaux et que près de 30 % des universitaires viennent de l’étranger.

«72 pays dans le monde condamnent encore l’homosexualité. Certains de nos étudiants viennent de ces pays. Il y a aussi neuf pays où l’on peut être passible de la peine de mort si on est homosexuel là-bas. On pense aussi à nos voisins américains avec l’arrivée de Trump, on veut leur dire qu’ils sont bienvenus ici», a commenté Michael David Miller.

Le bibliothécaire souhaite surtout que la population universitaire LGBTQ+, au Québec et partout à travers le monde, se sente la bienvenue à l’Université McGill en réalisant ce genre de cérémonies pour les personnes issues de la diversité sexuelle.

Des modèles

Selon la directrice générale du GRIS-Montréal, Marie Houzeau, cette célébration est une initiative très intéressante.

«C’est certain qu’on sait que le décrochage chez les jeunes issus de la communauté LGBTQ+ est plus élevé. On a plus de barrières à franchir quand on est issu de la diversité sexuelle pour se rendre au secondaire et ensuite à l’université», a expliqué Mme Houzeau.

«On est très favorable à ce qu’il y ait plus de modèles dans la société qui puissent montrer toute la diversité qu’il y a au sein de la communauté LGBTQ. Donc, cette visibilité-là va permettre aux jeunes de leur montrer que c’est possible de faire des études universitaires. Ça rend les études plus accessibles en fait pour cette communauté.»

Plus d’inclusion

Pour le directeur général de la Fondation Émergence, Laurent Breault, ces cérémonies favorisent la réussite scolaire des personnes LGBTQ+, mais il s’agit d’une des solutions nécessaires pour favoriser l’inclusion.

«[Les universités] devraient surtout lutter pour que les étudiants se sentent inclus dans toutes les activités scolaires, plutôt que d’en créer d’autres en parallèle. Cela dit, c’est une option vraiment intéressante», a-t-il souligné.

La cérémonie pour honorer les diplômés LGBTQ+ se tiendra à la Thomson House, un manoir historique sur le campus de l'Université McGill, le 5 juin prochain.