/news/society
Navigation

Cent initiatives sociales en une journée

Mouvement international 100 en 1 jour
Photo courtoisie, Impact Hub Montréal Des dizaines de Montréalais poseront des actions citoyennes dans le cadre du mouvement international 100 en 1 jour.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Des dizaines de Montréalais poseront de petites et grandes actions citoyennes, le 2 juin prochain, dans le cadre du mouvement international 100 en 1 jour, dont l’objectif est d’améliorer les villes en collaborant avec ses voisins.

Projet expérimental lancé en 2012 par des étudiants de Bogota en Colombie, 100 en 1 jour a depuis fait boule de neige. Le 2 juin, des citoyens de dizaines de villes à travers le monde, ainsi qu’une douzaine seulement au Canada, participeront au mouvement en présentant des initiatives sociales.

L’évènement 100 en 1 jour a eu lieu à trois reprises à Montréal depuis 2013. Cette année, ce sont Impact Hub Montréal et la Maison de l’innovation sociale (MIS) qui se sont chargés de son organisation.

Dans les dernières semaines, ils ont tenu des ateliers d’idéation avec des citoyens souhaitant s’impliquer pour développer des actions à réaliser lors de l’évènement.

Les initiatives

Il n’y a pas de contraintes d’envergure aux initiatives proposées. La «soupe de cailloux» est une activité simple, mais rassembleuse, lors de laquelle les habitants d’une ruelle fourniront chacun un ingrédient pour réaliser une grande soupe collective.

Toujours dans la simplicité, l’initiative «We all believe in something» propose aux Montréalais de venir échanger sur leurs croyances et leur culture autour de pains et tartines de différents pays.

«Ça peut aussi être des initiatives qui demandent un peu plus d’organisation», a précisé la coordinatrice du projet chez Impact Hub, Sarah Abarro. Le projet Eveyëko, par exemple, profitera de 100 en 1 jour pour lancer son «Festival Green» lors duquel de nombreuses initiatives liées aux actions écoresponsables auront lieu.

Citoyenneté active

L’appui offert par les organisateurs permet de passer de l’idée à l’initiative plus aisément et de briser le sentiment d’être impuissant dans sa ville, a mentionné Sarah Abarro.

«On se rend compte que les gens ont beaucoup d’idées, mais ne savent pas toujours comment agir sur elles, a-t-elle précisé. Au fur et à mesure, ils vont se rendre compte qu’ils pourront faire de plus en plus de choses.»

La citoyenneté active, allant au-delà de l’action de voter tous les quatre ans, est l’une des assises fondamentales de 100 en 1 jour, a expliqué le coordonnateur du projet à la MIS, Cédric Jamet.

«Le plus important, c’est la culture qu’on crée à partir de cet évènement, a-t-il dit. D’être dans une ville où on peut avoir la capacité de faire quelque chose et où il y a des espaces où c’est permis. L’idée c’est de passer à 100 tous les jours.»

Toutes les initiatives peuvent être consultées sur le site web de l’évènement.