/news/politics
Navigation

Prêts et subventions: la CAQ demande à Alexandre Taillefer plus de transparence

Alexandre Taillefer
Photo d'archives, Agence QMI Alexandre Taillefer

Coup d'oeil sur cet article

 

QUÉBEC | La Coalition avenir Québec demande au président de campagne du Parti libéral du Québec, Alexandre Taillefer, de dévoiler tous les prêts et subventions obtenus de la part du gouvernement du Québec pour ses entreprises.

Le Journal révélait jeudi que le gouvernement du Québec a discrètement octroyé deux prêts totalisant 4 millions $ à l’entreprise Téo Taxi d’Alexandre Taillefer quelques mois avant qu’il devienne président de la campagne électorale du Parti libéral du Québec.

«On voit que le modèle d’affaires de M. Taillefer est beaucoup basé sur les subventions [...], alors on veut avoir le portrait global. On veut avoir de la transparence au niveau de ses entreprises», a indiqué le député de la CAQ, Simon Jolin-Barrette, lors d’une mêlée de presse, jeudi.

La CAQ réclame notamment de M. Taillefer qu’il diffuse la date d’octroi des prêts ainsi que le taux d’intérêt de chacun d’eux.

Toutefois, M. Jolin-Barrette refuse de dire que M. Taillefer s’est mis dans une position de conflit d’intérêts. Il croit que la position de l’homme d’affaires est particulière puisqu’il «préside la destinée de son créancier».

«L’influence de l’argent en politique ne doit pas être présente. Les gens qui décident de s’impliquer en politique doivent le faire par altruisme», a-t-il précisé.

Pas de favoritisme, assure Anglade

Pour sa part, la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, assure que M. Taillefer n’a pas été favorisé en raison de sa future implication politique et que les prêts ont été consentis dans les règles de l’art.

«Il y a la Caisse de dépôt qui est impliquée [dans l’octroi des prêts]. Il y a le fonds de la FTQ qui est impliqué, il y a les fonds propres d’Investissement [Québec]. Ce sont des entités sur lesquelles le gouvernement n’a pas directement de contrôle», a-t-elle expliqué.

Quant aux sommes directement consenties par le gouvernement Couillard, elle a indiqué que le prêt a été offert en vertu d’un programme normé.