/news/green
Navigation

Tordeuse des bourgeons de l’épinette: un ballon-sonde utilisé pour la première fois au Canada cet été

Coup d'oeil sur cet article

Les scientifiques de Ressources naturelles Canada redoubleront d'efforts cet été sur le terrain pour bien comprendre les migrations de la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Alors que les opérations de pulvérisation pour contrer l’insecte débuteront la semaine prochaine, l'épidémie continue de prendre de l'ampleur dans l’Est-du-Québec.

Les scientifiques étudient la tordeuse des bourgeons de l'épinette depuis plusieurs années. Ils veulent voir jusqu'à quel point l'épidémie peut se transmettre d'une région à l'autre en raison de la migration. Actuellement, les méthodes utilisées ne permettent pas clairement de faire la distinction entre les populations qui sont locales et les populations migrantes.

«Sur le terrain, on a déjà un réseau de trappes qui sont disposées un peu partout pour "monitorer" les populations, sauf que ces trappes-là ne nous permettent pas clairement de faire la distinction entre les populations qui sont locales et les populations qui vont d'une région à l'autre et qui pourraient participer à la propagation de l'épidémie», a expliqué Yan Boulanger, chercheur en écologie forestière pour Ressources naturelles Canada.

Un ballon-sonde utilisé pour la première fois

Cet été, les scientifiques utiliseront pour la première fois un ballon-sonde attaché à un filet de collection pour capturer les papillons qui migrent d'une région à l'autre. Il s'agit d'une méthode d'échantillonnage en haute altitude utilisée pour une première fois au Canada.

«Ce qui est particulier avec ces ballons-là, c'est qu'on va les mettre à peu près à 400 à 600 mètres d'altitude. C'est à cette altitude que les papillons et les tordeuses adultes vont se disperser d'une région à l'autre lorsqu'il y a des migrations de masse», a ajouté le chercheur.

«Ça nous permet d'avoir des données pour construire des modèles qui vont mieux être en mesure de prévoir les années subséquentes la défoliation.»

Épidémie en croissance

La tordeuse des bourgeons de l'épinette continuera de faire des ravages dans l'Est-du-Québec. Cette année, au Bas-Saint-Laurent, l'épidémie se propagera à l'ouest et au sud des territoires déjà infectés.

«L'épidémie au Bas-Saint-Laurent a commencé vers 2013 et les populations sont toujours en croissance. Le "peak" devrait être atteint dans les prochaines années. Encore là, c'est encore difficile de prévoir, puisque les populations sont encore en croissance. On n’est pas au bout de nos peines», a expliqué M. Boulanger en entrevue à TVA Nouvelles.