/finance/business
Navigation

Une entreprise de Trois-Rivières se tourne vers l'étranger pour pourvoir ses postes

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES – Mohammed Al-Katheeb est Irakien. Il travaille chez Bermex de Trois-Rivières depuis quelques mois. Comme plus d'une dizaine de ses collègues, il fait partie des nouveaux employés immigrants de l'entreprise.

«Après un an, je suis déjà chef d'équipe», a-t-il dit vendredi à TVA Nouvelles.

Comme de nombreuses entreprises en Mauricie, Bermex est confronté à la pénurie de main-d'oeuvre.

«Depuis deux ans, les CV ne rentrent plus», a dit la directrice des ressources humaines, Julie Beauparlant.

L'entreprise s'est donc tournée vers les nouveaux arrivants. Ils viennent du Mexique, de l'Afrique, de la Syrie et l'expérience est positive.

«C'est très intéressant de les voir échanger à la pause et ils partagent des recettes», a ajouté Mme Beauparlant.

L'entreprise aurait une cinquantaine de postes supplémentaires à combler et elle travaille déjà pour aller les chercher à l'étranger.

«On vérifie avec le ministère de l'Immigration pour recruter à l'étranger pour un département en particulier parce qu'on a de la difficulté à former des gens en rembourrage», a poursuivi la directrice.

L'intégration est un succès, autant dans l'usine que dans les bureaux.

D'ici 10 ans, plus d'un million d'emplois seront à pourvoir au Québec. Des gens comme Mohammed Al-Katheeb pourraient en combler au moins 20 %.