/sports/racing
Navigation

Un autre clin d’œil à papa?

La Ferrari gagnante de Gilles Villeneuve en 1978 sur le site du Grand Prix du Canada

Après avoir piloté la Ferrari de son père en 2012 en Italie, Jacques Villeneuve pourrait, dimanche prochain, prendre le volant de la célèbre voiture qui a procuré à Gilles sa première victoire en F1, le 8 octobre 1978 à Montréal.
Photo Louis Butcher Après avoir piloté la Ferrari de son père en 2012 en Italie, Jacques Villeneuve pourrait, dimanche prochain, prendre le volant de la célèbre voiture qui a procuré à Gilles sa première victoire en F1, le 8 octobre 1978 à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Pour souligner le 40e anniversaire du Grand Prix du Canada de F1 à Montréal, les spectateurs auront l’occasion de voir sur le site la Ferrari 312 T3 que Gilles Villeneuve a menée à la victoire le 8 octobre 1978.

Après avoir piloté la Ferrari de son père en 2012 en Italie, Jacques Villeneuve pourrait, dimanche prochain, prendre le volant de la célèbre voiture qui a procuré à Gilles sa première victoire en F1, le 8 octobre 1978 à Montréal.
Photo d'archives

 

Le Journal de Montréal a évoqué il y a quelques mois la possibilité de voir son fils Jacques effectuer un tour de piste au volant de la voiture de son père dimanche prochain, à quelques heures du départ de la course.

Or, selon toute vraisemblance, ce projet très cher au promoteur François Dumontier serait sur le point de se concrétiser, a appris Le Journal.

Propriété canadienne

Le tout pourrait être confirmé lundi matin à l’occasion d’une conférence de presse à laquelle ont déjà été conviés les médias en présence du promoteur du Grand Prix et de Joann, la veuve de Villeneuve.

Autrefois la propriété de Nick Mason, le batteur du groupe britannique Pink Floyd, la voiture, l’originale, a été vendue il y a quelques années à un entrepreneur en construction de Toronto, Marc Muzzo, pour la coquette somme de 3,5 millions de dollars américains.

Muzzo est non seulement un amateur de voitures, il est aussi pilote de course au Challenge Ferrari. Il participera d’ailleurs aux deux épreuves de cette série la semaine prochaine à l’occasion du Grand Prix du Canada.

Le Journal s’est fait confirmer que la fameuse monoplace sera exhibée au Casino, lieu du point de presse, dès lundi matin à l’arrivée des journalistes.

Elle serait ensuite amenée dans la zone des puits de ravitaillement dimanche avant d’être confiée à Jacques Villeneuve pour un tour de piste symbolique.

Retenu en Colombie-Britannique

Le champion du monde de F1 en 1997 ne sera toutefois pas sur place lundi puisqu’il s’est envolé hier matin vers la côte Ouest, dans la région de Osoyoos, en Colombie-Britannique, à quelque 400 kilomètres à l’est de Vancouver.

Villeneuve procédera alors à l’ouverture de la nouvelle saison du complexe de sports motorisés Area 27, dont il a dessiné le tracé il y a quelques années. Ce circuit privé est destiné à l’usage exclusif de ses membres qui peuvent y rouler à bord de leur voiture personnelle.

Villeneuve rentrera à Montréal à la fin de la semaine prochaine pour occuper son rôle d’analyste de F1 au réseau de télé Canal +, qui détient les droits de diffusion des courses en France.

À Fiorano en 2012

Si la démarche se confirme, Villeneuve n’en sera pas à une première expérience au volant d’un bolide ayant déjà appartenu à son célèbre père.

Le 8 mai 2012, pour souligner le 30e anniversaire du décès de Gilles, il avait été invité par Ferrari au circuit de Fiorano, en Italie, à piloter la Ferrari 312 T4 qui avait permis à papa de terminer deuxième au Championnat du monde de 1979 derrière son coéquipier Jody Scheckter.

Le Grand Prix du Canada soulignera la semaine prochaine les 40 ans de la tenue du premier Grand Prix à Montréal, marquée par la victoire de Villeneuve. En 1978, le pilote québécois allait provoquer l’euphorie quand il a croisé le fil d’arrivée au premier rang devant un public conquis.

Si Gilles Villeneuve n’a remporté que six victoires en 67 départs, il aura été sans conteste l’un des pilotes les plus spectaculaires de l’histoire de la F1.

Sa trop courte carrière s’est abruptement arrêtée en 1982 à Zolder, en Belgique, année où plusieurs observateurs le voyaient déjà comme champion du monde.

Quinze ans plus tard, son fils Jacques allait non seulement reprendre le flambeau, mais surtout réaliser le rêve de son père.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.