/sports/hockey
Navigation

Les doutes sont-ils dissipés?

Les succès aux guichets des Golden Knights bénéficieront à la ligue et aux joueurs.
Photo AFP Les succès aux guichets des Golden Knights bénéficieront à la ligue et aux joueurs.

Coup d'oeil sur cet article

Lorsque l’Association des joueurs a donné son feu vert à l’arrivée d’une équipe à Las Vegas, elle s’était assurée que les pertes financières de cette équipe, lors des deux premières saisons, n’allaient pas être compilées dans les revenus de la ligue, une façon de s’assurer que le plafond salarial n’allait pas stagner ou baisser.

Par contre, si les Golden Knights étaient une équipe qui allait faire de l’argent, évidemment que l’AJLNH souhaitait que les revenus soient partagés avec les joueurs.

C’est exactement ce qui se passe présentement et c’est pourquoi le plafond salarial pourrait même passer de 75 M$ à 82 M$ la saison prochaine.

Presque la perfection

Dans un entretien avec le commissaire adjoint de la LNH, Bill Daly a confirmé que les Golden Knights étaient loin d’être les enfants pauvres de la ligue.

« La vente de produits des Golden Knights, si on prend l’exemple des chandails de l’équipe, est incroyable, souligne Bill Daly. La vente des billets a été excellente depuis le premier jour et je peux vous confirmer que les revenus locaux sont impressionnants. Le seul hic, c’est vraiment les revenus médiatiques (télévision), qui ne sont pas très élevés, et ces revenus sont importants pour la grande majorité de nos formations. Je peux toutefois vous confirmer que les Golden Knights contribuent aux succès financiers de la Ligue. »

Du jamais-vu

Évidemment que personne ne croyait que les Golden Knights allaient se retrouver en finale de la Coupe Stanley à leur première saison.

L’objectif de la ligue était toutefois de rendre cette équipe compétitive dès le début afin d’éviter, en grande partie, les erreurs du passé. C’est pourquoi le repêchage d’expansion, le premier dans l’ère du plafond salarial, allait permettre aux Golden Knights d’être compétitifs dès leur première saison.

« Notre but était qu’on donne une bonne équipe à cette ville dès le début, affirme Bill Daly. En ayant une chance de gagner sur la glace rapidement, on savait que le succès de la franchise serait tout aussi rapide. Ainsi, on leur a donné la chance de repêcher des joueurs de grande qualité. Mais soyons honnêtes ici, nos attentes n’éteint pas de voir cette équipe en finale. »

Même chose pour Seattle

Pendant ce temps, plusieurs intervenants dans le monde du hockey souhaitent que la LNH modifie ses règles pour le prochain repêchage d’expansion, qui aura lieu d’ici deux ans pour la formation de Seattle.

Ce ne sera pas le cas. Ce sera fort probablement aux autres équipes de la ligue d’éviter les erreurs qu’elles ont faites en laissant partir d’excellents joueurs. On pense entre autres aux Panthers de la Floride qui ont demandé aux Golden Knights de prendre Reilly Smith au repêchage d’expansion.

Le directeur général de la formation de Vegas, George McPhee, a placé son homologue Dale Tallon dans un coin en exigeant que Jonathan Marchessault ne soit pas protégé ; en retour il allait faire l’acquisition de Reilly Smith via une transaction, contre un choix de quatrième ronde en 2018.

Pas besoin de vous dire qu’aujourd’hui, il serait improbable que Dale Tallon accepte le marché de George McPhee.

« Il faut donner du crédit à George, souligne Bill Daly. Tout ce qu’il a conclu comme marché avec les autres équipes, il l’a fait de façon transparente avec nous. Il n’y a eu aucune surprise, contrairement aux autres repêchages d’expansion. Il sera intéressant de voir comment les équipes vont réagir au prochain repêchage d’expansion. »

Il y a plusieurs leçons à tirer effectivement, mais ce qui a fait mal à plusieurs équipes, c’est qu’en négociant avec George McPhee, ils ont mangé dans sa main, au lieu de s’en tenir à une conclusion très simple, soit qu’ils étaient assurés de perdre un joueur. Je serais surpris que de telles erreurs se reproduisent encore, alors que les Golden Knights font mal paraître plusieurs équipes présentement.

Du pain sur la planche

Il y a quatre dossiers à surveiller avec attention dans la LNH. D’abord, ceux de l’avenir des Flames à Calgary et de la construction d’un nouvel amphithéâtre. On est devant un mur et voici ce que Bill Daly avait à dire. « Effectivement on est dans un cul-de-sac, mais j’ai déjà vu des situations semblables se résoudre avec le temps. Une chose est certaine, les Flames ont besoin d’un amphithéâtre. » Ce qui nous amène à la possibilité qu’il y ait une nouvelle concession à Houston dans un avenir plus ou moins rapproché. Le commissaire adjoint n’a pas fermé la porte à un possible déménagement. « Présentement il n’y a pas d’intérêt pour une application afin d’obtenir une équipe d’expansion. Le nouveau propriétaire des Rockets (Tilman Fertitta) apprend à mieux connaître la NBA et je pense qu’éventuellement on va avoir une discussion avec eux pour voir s’ils sont intéressés à avoir une équipe. La première option est une expansion, mais on ne sait jamais ce qui pourrait arriver. » L’autre dossier touche celui de l’amphithéâtre au centre-ville d’Ottawa et Bill Daly n’a pas voulu en dire beaucoup à l’exception que celui des plaines LeBreton est complexe. C’est à se demander si le nouvel amphithéâtre ne sera pas construit ailleurs qu’au centre-ville. Pour ce qui est des Coyotes, il y a au moins trois projets d’amphithéâtres qui sont sur la table présentement et on devrait en savoir plus sur ce dossier prochainement.

Vers des troisièmes chandails

Vous avez peut-être remarqué qu’il n’y a aucune équipe qui a porté un troisième chandail cette saison. C’est maintenant le géant Adidas qui produit les chandails de la LNH et ce ne sont que des chandails normaux qui ont été portés cette saison, soit un à domicile et un autre sur des patinoires adverses. Ça va changer la saison prochaine. Près du tiers des équipes de la LNH auront un troisième chandail qu’ils pourront porter à des moments opportuns. Évidemment que c’est une façon pour bien des formations d’obtenir des revenus supplémentaires, mais on peut affirmer sans trop se tromper que le Canadien n’ira pas dans cette direction. Une sage décision pour un uniforme classique et qui ne se démode pas avec les années.