/opinion/columnists
Navigation

Imam et député?

DM soiree spirituel-01
Photo Agence QMI, Daniel Mallard L’imam Hassan Guillet

Coup d'oeil sur cet article

Avant d’aller plus loin, je suis heureuse de vivre dans un pays où les candidats aux élections sont protégés par la Charte des droits et libertés. Pour se présenter, il faut être majeur, citoyen canadien, ne pas être incarcéré et ne pas avoir commis de fraude électorale au cours des sept dernières années. Point.

Pour gagner, c’est le citoyen qui a le dernier mot.

Ne comptez donc pas sur moi pour pousser les hauts cris sur la possible candidature de l’imam Hassan Guillet pour le Parti libéral du Canada dans Saint-Léonard–Saint-Michel lors d’une partielle.

Mais il y a un mais.

Dans un passé lointain

L’abbé Gravel a été député à Ottawa pour le Bloc, jusqu’à ce que le Vatican lui demande de choisir entre l’Église et la politique. En 1976, le jésuite Jacques Couture a été élu député dans Saint-Henri, avant d’être nommé ministre.

Avant de quitter la vie religieuse, Louis O’Neill a été ministre des Affaires culturelles.

Mais c’était il y a 40 ans. À l’époque, personne ne parlait de laïcité. L’immigration maghrébine n’avait pas encore commencé. Le 11 septembre 2001 n’avait pas eu lieu. L’État islamique et Al-Qaida n’existaient pas. Islamophobie n’était pas un mot et les musulmans appartenaient à l’univers de Tintin.

Par contre, en 2018, la candidature d’Hassan Guillet à l’investiture libérale fédérale dans Saint-Léonard-Saint-Michel fera jaser. Et hurler certains.

Hassan Guillet est venu du Liban il y a 45 ans. Il a épousé une catholique qui ne s’est convertie à l’islam qu’après 15 ans de mariage. Il habite Saint-Rémi. Il est ingénieur, avocat. Il parle sept langues. Il s’est fait connaître par son sermon lors des funérailles des victimes de la tuerie de Québec. « Alexandre Bissonnette aussi est une victime », a-t-il dit à la foule médusée.

Personne ne le connaissait avant, mais ses propos ont fait le tour du monde.

Conséquences néfastes

Intelligent, intégré, il semble néanmoins inconscient de l’impact qu’aura sa candidature dans une société qui est encore en guerre avec la religion. Même s’il dit ne pas se présenter en tant qu’imam, les ignares des réseaux sociaux crient déjà à la charia.

Sans compter les islamistes qui se frotteront les mains de satisfaction. Ce serait un pas en avant considérable pour leur agenda politique. L’islam ne reconnaît pas de séparation entre la religion et l’État.

La communauté musulmane semble divisée : plusieurs croient qu’il va accentuer le sentiment antimusulman. Que ce sera perçu comme de l’ingérence. Et puis, un imam qui soutient la légalisation du pot et l’avortement ? Va-t-on y croire ?

Comme me le soulignait un membre influent de la communauté opposé à cette candidature : « Dans les pays musulmans, même les plus intégristes, des imams ne se présentent pas aux élections. »

Oui, Hassan Guillet a le droit de poser sa candidature, mais ce n’est pas l’idée du siècle. Le psychodrame nous guette une fois encore.

P.S. Monsieur Guillet, les langues officielles du Canada sont le français et l’anglais, pas l’arabe et le français utilisés sur votre page Facebook.