/news/health
Navigation

Les ambulanciers qualifient Barrette de «plante verte»

La FPHQ profite de la visibilité du G7 pour réclamer une reprise des négociations et la fin des horaires de faction

Les ambulanciers de la FPHQ profitent de la visibilité du G7 pour réclamer une reprise des négociations et la fin des horaires de faction.
Photo courtoisie Les ambulanciers de la FPHQ profitent de la visibilité du G7 pour réclamer une reprise des négociations et la fin des horaires de faction.

Coup d'oeil sur cet article

Les ambulanciers de la FPHQ entendent se faire voir durant le sommet du G7 alors que ses véhicules mobilisés pour le sommet seront recouverts d’autocollants s’adressant au ministre Barrette, qualifié de «plante verte» par le syndicat.

La Fédération des employés du préhospitalier du Québec en a assez que ses négociations avec Québec stagnent et utilisera la visibilité du G7 pour passer son message. Depuis ce matin, les ambulances de la région utilisées pour le sommet sont recouvertes d’autocollants interpellant le ministère et appelant à la négociation.

«Depuis le début des moyens de pression, on est partisans des mesures pacifistes. On n’a pas l’intention de perturber le sommet, mais on souhaite faire passer un message», indique le président de la FPHQ Daniel Chouinard à propos de ces autocollants qui orneront les ambulances.

Plante verte

Parmi ceux-ci, l’un cible particulièrement le ministre de la Santé Gaétan Barrette. Faisant un parallèle avec les commandes de plantes faites par le fédéral pour décorer le Manoir Richelieu en vue du G7, la fédération lance ce message particulièrement direct : «156 plantes vertes au G7 + 1 au ministère de la Santé», slogan accompagné de la photo du ministre.

Les ambulanciers de la FPHQ profitent de la visibilité du G7 pour réclamer une reprise des négociations et la fin des horaires de faction.
Photo courtoisie

«Le ministère nous dit depuis un an qu’ils vont collaborer et établir de nouveaux critères d’évaluation de la situation. Pourtant, quand on demande les données, ils refusent de nous les donner ou n’utilisent tout simplement pas les bons chiffres. On en a assez», clame M. Chouinard.

Les autres messages appellent la Corporation des services d’ambulance du Québec (CSAQ) à négocier et incitent le gouvernement à mettre en place «une bonne couverture ambulancière».

Horaires à l’heure

Le syndicat souhaite aussi la fin des horaires de faction, qui selon lui, allonge les délais d’intervention dans les secteurs où il est en place. À Beaupré par exemple, l’horaire de faction a été remplacé par un horaire à l’heure durant la durée du sommet du G7, un affront monumental pour la fédération qui estime à 10 minutes la différence de délai d’intervention entre les deux méthodes.

Les ambulanciers de la FPHQ profitent de la visibilité du G7 pour réclamer une reprise des négociations et la fin des horaires de faction.
Photo courtoisie

«Si le gouvernement trouve que son horaire de faction est si bon que ça, pourquoi ils ne l’ont pas maintenu pendant le sommet? Est-ce que l’horaire à l’heure qui diminue les délais d’intervention est justifié pour les décideurs du G7, mais pas suffisamment pour la population et les touristes de la Côte-de-Beaupré», questionne Daniel Chouinard, insulté par cette décision.