/sports/opinion/columnists
Navigation

La FIA à Paris...but English only

Coup d'oeil sur cet article

Dans le fond, je suis content que ça arrive à un jeune. François-David Rouleau, un des jeunes loups des sports, a posé sa question en français à Lance Stroll. Lance parle très bien français, François-David représente Le Journal de Montréal et de Québec, on est à Montréal et au Québec dont la langue officielle est le français...

Le maître d’œuvre de la conférence de presse est le secrétaire Matteo Bonciani. Il parle très bien français.

Le président de la Fédération internationale de l’automobile est Jean Todt. Le même Jean Todt qui régnait sur Ferrari. Un Français pure laine si je me peux me permettre.

Et évidemment le siège social de la FIA est situé 8, Place de la Concorde à Paris. Plus Paris que ça, tu meurs.

Et qu’est-ce que François-David s’est fait dire ? : « Ask your question in english, please ! »

Bienvenu dans le vrai monde mon Rouleau.

La tombe de Balestre

Jean-Marie Ballestre, le dernier grand président de la FIA, doit se retourner dans sa tombe à chaque fois qu’un journaliste de l’Équipe doit poser une question en anglais avec ce tordant accent frenchy à un pilote français lors d’une conférence de presse officielle de la FIA.

Parce que Ballestre s’est battu toute sa vie contre Bernie Ecclestone pour protéger la FIA des tentacules anglaises de la FOCA de Bernie Ecclestone.

Comme pour le reste, Ecclestone a gagné. Et depuis une dizaine d’années, le poids de l’anglais sur la F1 écrase tout.

On a connu un sursis dans les années de Jacques Villeneuve parce qu’il y avait la présence importante de Renault comme manufacturier, d’Alain Prost qui allait lancer l’écurie Prost, de Ligier et de la présence de commanditaires comme Gitanes et autres entreprises françaises. Ç’aurait été gênant de demander à Bernard Chevalier de l’Équipe de poser une question en anglais à Alain Prost... au Grand Prix de France à Magny-Cours.

Mais là, c’est cuit. Rôti. Séché. Espagnols, Allemands, Francophones ou Italiens ne pèsent rien devant la langue conquérante.

Ce qui est encore plus chiant, c’est que sept millions de francophones qui essaient encore de protéger leur langue, leurs valeurs et ce qui reste de fierté, sont complètement laissés à eux-mêmes par les grands joueurs de la F1.

Allez aux olympiques

J’ai passé le mois de février à Pyeongchang. Le français est la langue officielle des Jeux olympiques.

À part la cérémonie d’ouverture et de fermeture où ce serait gênant de passer outre à la constitution olympique, le français était relégué... au cimetière.

Parlez-en à mes collègues André Cyr et à Mathieu Boulay. Et pensez-vous que Michaëlle Jean est venue se battre ?

Pas plus qu’à Sotchi et qu’à Londres. Les petits fours et les cocktails of course, mais la francophonie préfère les banquets arrosés au terrain. Pourquoi se battre pour le respect quand on peut s’étourdir au champagne ?

Y a juste une façon. Tu reviens en français et encore en français. Si on appelle la police, tu leur expliques. Et tu finis par poser ta question en français parce que t’es chez vous et que c’est comme ça que ça doit se passer.

Listen man...be cool...you know what I mean...how was your fucking engine doin ?

C’est ça, la vraie civilisation ?

DANS LE CALEPIN- Les journalistes de TVA Sports n’ont pas le droit d’être accrédités pour aller faire leur métier dans le paddock. Qu’ils n’aient pas le droit aux caméras, je comprendrais, à cause des droits exclusifs de RDS. Mais ils n’ont même pas le droit d’être témoins, de regarder, de comprendre et de faire un rapport à leurs téléspectateurs.

Pas de droit de faire un show, on pourrait comprendre, mais leur interdire d’informer le monde, c’est tellement cheapo que c’est pas croyable. Comme si TVA barrait les journalistes de RDS du Centre Bell un soir où le match est diffusé par TVA Sports. À ce que je sache, les samedis soir, Chantale Macchabée fait son travail normalement dans le vestiaire du Canadien.

Aussi incroyable que ça puisse être, Christian Tortora peut travailler à TVA parce qu’il est accrédité par la station 91,9 Sports. Et je ne m’insurge pas parce que c’est Québecor, ça n’a rien à voir. Torto a déjà eu des problèmes quand Molson avait remplacé Labatt comme commanditaire et on avait fait sauter la bastringue tant que le vétéran reporter n’avait pas retrouvé le droit de pratiquer son métier dans les règles.