/entertainment/music
Navigation

Un record de numéros 1 pour Automat

À l’insu du grand public, 5 chansons de l’album Pandora du groupe de Québec atteignent le sommet

Dans l’ordre habituel : le batteur Dave Vézina, le guitariste Samuel Paquin, le chanteur Mathieu Bouchard et le bassiste Maxime Chouinard.
Photo Cédric Bélanger Dans l’ordre habituel : le batteur Dave Vézina, le guitariste Samuel Paquin, le chanteur Mathieu Bouchard et le bassiste Maxime Chouinard.

Coup d'oeil sur cet article

Ils collectionnent les numéros 1 mais Montréal leur fait encore la sourde oreille. Pour les gars du groupe pop de Québec Automat, le prochain objectif est clair : se faire connaître du grand public.

«Quand on leur parle du band, la majorité des gens ne savent pas c’est quoi. Mais quand on leur fait écouter un extrait, ils disent tous qu’ils ont déjà entendu ça», raconte le chanteur Mathieu Bouchard.

C’est vrai qu’il faut avoir habité dans une caverne, au cours des deux dernières années, pour ne pas avoir entendu au moins un des extraits radio de l’album Pandora, paru en janvier 2017.

Mémoire, Mea Culpa, Pandora, S’enfuir et Pour de bon se sont tous hissés au sommet du Top 100 Correspondants, un classement qui jauge la popularité radiophonique d’une chanson en dehors des grands centres urbains.

C’est un record. Aucun artiste n’avait jamais placé cinq chansons d’un même album en première position de ce palmarès.

«Ça fait quinze ans qu’on fait de la musique ensemble, dix ans qu’on travaille sur le band. Nous avons eu des hauts et des bas. Alors chaque numéro 1 était une victoire», dit Mathieu Bouchard.

Les quatre musiciens de Québec dans le vidéoclip de la chanson Pandora.
Capture d'écran
Les quatre musiciens de Québec dans le vidéoclip de la chanson Pandora.

Percer à Montréal

Et une douce revanche, ajoute-t-il. Car Automat y est arrivé sans le soutien des radios commerciales basées à Montréal. La télé? À l’exception d’une invitation à Salut, Bonjour! pour célébrer un de leurs numéros 1, oubliez ça.

«Notre prochain défi est d’aller rejoindre un plus grand public au Québec. On a un certain impact mais je pense qu’on pourrait aller plus loin», note le guitariste Samuel Paquin.

«On a encore de la difficulté à percer dans les radios urbaines alors que partout au Canada et en région, nous sommes numéros 1. Montréal, c’est plus difficile pour nous», ajoute Mathieu Bouchard.

En attendant que la Métropole succombe, les gars d’Automat ne sont pas restés les bras croisés. Il y a deux mois, ils ont lancé Pandora en France, une incursion qu’ils ont accompagnée d’une petite tournée sur place question de donner des entrevues.

Percer en Europe, selon le quatuor, serait le rêve ultime.

«L’objectif c’est le Stade de France», s’esclaffe le bassiste Maxime Chouinard. «Quand on disait ça en entrevue à Paris, ils riaient de nous autres.»

Une image du vidéoclip de la chanson S’enfuir, un des cinq singles qui se sont hissés en première place des palmarès.
Capture d'écran
Une image du vidéoclip de la chanson S’enfuir, un des cinq singles qui se sont hissés en première place des palmarès.

Le travail ou la musique

S’ils en arrivaient là, les quatre musiciens se retrouveraient avec un dilemme. Faudra-t-il qu’ils laissent tomber leur boulot respectif pour se consacrer entièrement à leur carrière?

Comme ils sont tous dans la trentaine, ce serait une décision cruciale. «Le plus beau problème de l’histoire», lance Maxime Chouinard.

«Nous n’avons jamais fait de compromis parce qu’on a des jobs. On a toujours mis le gaz au fond pour le projet», résume Mathieu Bouchard.