/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Les «maudits sondages»!

Vague de sondage...
Le Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

De tout temps, les gens ont pesté contre les « sondages ». Ça ne date pas d’hier, ça ne cessera pas demain!

Nous sommes à plus de trois mois des élections au Québec. Tout reste à faire. Mais suffit de la publication d’un sondage pour que le petit écosystème politique québécois s’énerve, s’agite. Ça donne du « matériel » aux analystes qui se trouvent choyés pour nourrir leurs nombreuses tribunes. Ainsi, tourne cette roue.

À 70 jours des élections fédérales en 2015, on le rappellera, le même écosystème politique s’énervait de la « domination outrageuse » du NPD au Québec, près de 30 points de plus que les Libéraux. On leur conférait la quasi-totalité des 78 sièges de la province!

C’était sans compter que dans la réalité de la politique contemporaine, la campagne électorale joue un rôle déterminant dans l’issue du scrutin. Le NPD de Tom Mulcair a mené une campagne désastreuse et le parti s’est effondré.

À plus de 100 jours de l’élection au Québec, on se sert davantage des sondages pour créer un effet d’entrainement, susciter l’enthousiasme chez les uns, ou accentuer la démobilisation chez les autres. Suffit de regarder les titres d’aujourd’hui pour en avoir une nette appréciation.

Les caquistes jubilent, c’est normal; les péquistes pestent, on le comprendra. Mais ceux qui gardent un peu la tête froide comprennent que les sondages actuels, hormis les effets motivants ou pas, ne veulent pas dire grand-chose. On lit beaucoup, à la (presque) blague que la CAQ monte quand François Legault se cache, quand il est plus discret dans les médias.

C’est que la CAQ se voit créditer d’appuis régionaux intéressants, dans l’est du Québec notamment, alors que les candidats ne sont même pas connus et que les discussions sur le fond, sur les programmes politiques, ne sont pas encore amorcées.

Et c’est ici que ça se complique.

Le Léger publié hier montre quelques contradictions intéressantes : fort appui à la CAQ, mais aussi un attachement de la population aux programmes et services que bien des candidats à la CAQ n’aiment pas beaucoup. L’amélioration du système d’éducation, une des principales préoccupations soulevées par les répondants du sondage Léger pourrait se heurter à cette volonté forte à la CAQ de sabrer dans les commissions scolaires et de baisser drastiquement la taxe scolaire (ce qui se traduirait par une suppression de fond considérable en éducation).

Aussi François Legault aura à expliquer devant l’électorat les positions de certains de ses ténors qui ont en aversion le réseau des CPE en lui préférant le privé, qui aimeraient bien privatiser la SAQ, voire des pans d’Hydro-Québec.

Prenons par exemple la « vedette économique » de la CAQ Youri Chassin; si l’on destine un économiste aux positions si controversées à un poste ministériel, il est absolument impératif que la CAQ explique ce qui attend les Québécois dans l’éventualité où ce chantre des privatisations et pourfendeur de l’État accède au cabinet. François Legault ne s’en tirera pas sans avoir à défendre les nombreuses prises de position de cet économiste.

La campagne électorale n’est pas encore amorcée, loin de là. François Legault devra sortir de sa tannière. On jasera plus sérieusement des sondages rendu-là!

« Le caractère illégitime des sondages »

Dans le cadre de recherches d’archives récemment, je me suis penché sur plus de 45 ans de textes et d’éditoriaux au sein de différents journaux québécois. C’est absolument fascinant.

Lors de la campagne électorale de 1976 au Québec, le Parti québécois bénéficiait d’une vague de sympathie évidente, ce qui se traduisait par des sondages favorables à son égard. René Lévesque était très populaire et on commençait à entrevoir la réelle possibilité que le PQ prenne le pouvoir.

À l’évidence, les chroniqueurs de l’équipe éditoriale de La Presse n’aimaient pas beaucoup ces sondages.

Ce texte de Ivan Guay est absolument fascinant. Les sondages seraient « illégitimes, inutiles et nuisibles », « ils faussent dans une certaine mesure le processus électoral ». Et plus loin, le chroniqueur est cinglant :

« Certains journalistes et, à plus fortes raisons les sondeurs de profession soutiennent que leurs élucubrations sont une information utile à l’électorat. Mais quelle utilité peut-il y avoir pour un électeur de savoir d’avance que ses voisins voteront probablement pour tel ou tel parti? En réalité, les sondages desservent les électeurs, mais servent journalistes et sondeurs. Pour les potineurs de la presse, les sondages sont des sources inépuisables de conjectures et d’hypothèses. C’est donc de l’anti-information. Pour les sondeurs professionnels, les sondages sont des sources renouvelables de profits. Ça n’a donc rien à voir avec l’information sur les enjeux politiques. »

On aimerait de l'occasion pour dire bonjour à Jean-Marc Léger, Bernard Drainville, Mario Dumont, Michel C. Auger, etc.

Et j’ai recensé ainsi nombre de textes dans La Presse qui s’inquiétaient des sondages en cours de campagne électorale. C’est fascinant de constater à quel point on était dur avec cette industrie, parfois en remettant en cause le fait même de publier ces enquêtes d’opinion.

L’époque a changé, mais on ne remet plus en question le droit de publier les sondages. À la différence que désormais, la population comprend beaucoup mieux que ces enquêtes ont une portée très limitée. L’industrie du sondage politique s’est remise en question, et l’on accorde une grande importance aux considérations méthodologiques.

On félicitera d’ailleurs Léger d’avoir publié l’ensemble des données méthodologiques de son dernier sondage, questionnaire à l’appui.