/opinion/blogs/columnists
Navigation

Mange tes choux de Bruxelles !

Mange tes choux de Bruxelles !
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Cette histoire fait dresser les cheveux sur la tête. Si ça m’avait été présenté dans un film, j’aurais trouvé que le scénariste en mettait un peu trop... « Une fillette de 8 ans a été forcée de rester à table durant 13 heures par son père parce qu’elle refusait de manger les choux de Bruxelles dans son assiette au souper, allant jusqu’à s’uriner dessus».

 

https://www.tvanouvelles.ca/2018/06/14/une-fillette-de-8-ans-forcee-de-rester-a-table-et-dans-son-urine-durant-13-heures

 

On n’est pas en 1940. Mais il y a encore des parents qui sont aussi aveugles que la belle-mère d’Aurore l’enfant martyre. Des parents qui infligent des sévices à leurs enfants... et en plus pour une raison aussi stupide que le refus de manger un légume plate.

 

On critique souvent, avec raison, les parents trop laxistes qui laissent leurs enfants-rois faire n’importe quoi mais ce père pense-t-il vraiment que c’est une punition appropriée de forcer sa fille à rester debout pendant 13 heures, allant jusqu’à la réveiller quand elle s’endormait ?

Ça prend vraiment un être inconscient, déconnecté ou dérangé pour infliger une peine aussi démesurée pour une faute aussi anodine.

 

Ce qui me tue dans cette histoire, c’est que le père en question « enseigne les techniques de réadaptation sociale au niveau collégial ». En plus de se comporter de façon totalement inappropriée dans sa vie privée, cet homme pousse l’hypocrisie jusqu’à enseigner le contraire à ses élèves ?

Comment ses étudiants, qui ont sûrement reconnu le prof malgré le fait que son identité ait été cachée pour protéger la victime mineure, pourraient-ils prendre au sérieux le moindre de ses enseignements... sachant qu’il n’applique pas lui-même ses bons principes ? Encore un donneur de leçons qui dit : « Faites ce que je dis, pas ce que je fais » ?

 

En plus, on apprend qu’il détient une maîtrise en éducation spécialisée ! Wow. Ça c’est la meilleure. C’est bien la preuve que l’on ne peut juger un individu à la qualité, ou la quantité, des diplômes qui ornent les murs de son bureau.

 

Combien de fois avons-nous été face à des « experts », des « spécialistes », des « sommités » qui nous disaient comment nous comporter dans NOTRE vie pendant qu’eux se comportaient comme des monstres dans LEUR vie ?