/entertainment/music
Navigation

200 000 personnes attendues au Rockfest

Coup d'oeil sur cet article

Le village de Montebello sera envahi par 200 000 visiteurs d’ici dimanche pour le 13e Rockfest : une tradition pour les amateurs de musique.

La transformation extrême de cette petite municipalité de 1000 habitants a débuté hier matin, alors que des milliers de personnes déambulaient dans les rues.

Au programme

Sum41 et Weezer offriront des prestations d’ici samedi soir, tout comme le groupe Prophets of Rage, sans oublier une réunion de Rage Against the Machine qui risque d’être un moment fort de cette édition 2018.

L’événement permet chaque année de réunir les plus grands amateurs de musique rock pendant un week-end que les festivaliers ne sont pas près d’oublier.

Un jeune homme de Chambly qui a requis l’anonymat est de retour pour une deuxième année consécutive, même s’il a terminé le festival à l’hôpital l’an dernier après avoir été piétiné en dansant.

« Ce n’est pas ça qui allait m’empêcher de revenir ! L’ambiance est incroyable ici », a mentionné le festivalier.

Son ami Guillaume, qui porte des vêtements punk dans la vie de tous les jours, apprécie le sentiment d’ouverture des participants au Rockfest.

« Chez moi, les gens critiquent mon style. Mais quand tu arrives ici, c’est une famille. Il y a des tout croches partout, et tout le monde s’aime », dit-il.

Retombées économiques

Festival rock incontournable à travers le monde, le Rockfest permettra une fois de plus cette année aux commerçants et résidents de l’endroit de faire des affaires d’or.

Certains résidents louent pour plusieurs dizaines de dollars un espace de leur terrain pour camper, alors que le seul dépanneur du village s’attend à ne plus rien avoir sur ses tablettes dimanche. L’événement génère des retombées économiques de 15 millions $, selon les organisateurs.

Le propriétaire de Méchoui d’Antan à Shefford, en Estrie, Jean Cloutier, compte bien saisir cette opportunité alors qu’il s’est déplacé à Montebello pour y vendre son poulet cuit sur feu de bois.

« Après les spectacles à 3 h du matin, ça va être fou », prévoit l’homme qui en est à sa première édition au festival.

Moins de groupes

Moins de groupes que les années passées monteront sur les scènes du festival. Le fondateur Alex Martel veut ainsi répondre aux critiques de certains fans qui souhaitaient voir leurs groupes favoris plus longtemps en spectacle.

« Dans le passé, c’était un marathon de 130 groupes. Les gens manquaient des spectacles. C’est un changement qui sera apprécié », dit l’organisateur.

– En collaboration avec Olivier Boissé