/investigations
Navigation

Montréal réclame des millions à d’ex-dirigeants

La Ville dit avoir été victime d’un système « frauduleux » de trucage des soumissions

Hôtel de ville de Montréal
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Montréal sort l’artillerie lourde pour récupérer l’argent qu’elle dit avoir perdu à cause de la collusion et de la corruption. Elle poursuit six personnes, dont l’ex-président du Comité exécutif Frank Zampino et un ancien maire de Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles pour un total de 4,5 millions $, a appris notre Bureau d’enquête.

Enveloppes d’argent comptant, contrats truqués, financement politique illégal... la commission Charbonneau a amplement exposé comment les contribuables montréalais se sont fait avoir en payant le gros prix pour des travaux publics.

Jusqu’ici, la Ville était restée discrète dans ses démarches pour récupérer son dû. Plus maintenant.

Selon nos informations, la décision de poursuivre a été entérinée par le Comité exécutif cette semaine et Montréal entend déposer sous peu sa requête en Cour supérieure.

Dans le document dont nous avons obtenu copie, la Ville estime avoir été victime d’un « système frauduleux et dolosif de trucage des soumissions déposées dans le cadre d’appels d’offres ».

Elle vise la firme de génie Aecom (anciennement Tecsult) et six personnes, dont trois qui ont été très haut placées dans l’appareil municipal.

Visages connus

Outre M. Zampino, l’ancien maire de Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles (RDP-PAT) Cosmo Maciocia et l’ex-directeur des travaux publics de la Ville Robert Marcil sont aussi poursuivis. C’est à M. Marcil que la juge France Charbonneau avait demandé en pleines audiences publiques, en février 2013, s’il était « imbécile ou incompétent » pour ne pas avoir vu les manœuvres douteuses se dérouler sous son nez.

Le fameux Bernard Trépanier, alias « monsieur 3 % », est aussi solidairement poursuivi pour 4,5 M$, mais il risque de ne pas voir l’issue des procédures, car il est atteint d’un cancer incurable. La Ville le considère comme « l’homme de main de Frank Zampino au niveau du financement de l’organisation politique ».

Selon nos informations, l’administration de la mairesse Valérie Plante voulait attendre que le programme de remboursement volontaire mis en place par le gouvernement du Québec soit complété. Ce programme, apprenait-on hier, lui a permis de récupérer 31 M$.

Mais ceux qui n’y ont pas participé s’exposent maintenant à des poursuites.

Dans sa missive, la Ville décrit notamment « le stratagème mis en place à l’arrondissement RDP-PAT », dont Cosmo Maciocia a été maire de 2005 à 2009.

Michel Lalonde, l’ancien patron de la firme de génie Groupe Séguin, a raconté à la Ville avoir remis 60 000 $ comptant à Maciocia, en main propre et à la demande de ce dernier, pour la campagne électorale 2005.

Rappelons que Bernard Trépanier et Frank Zampino font aussi face à des poursuites criminelles pour leur présumé rôle dans la collusion et la corruption à Montréal.

Montants réclamés par la Ville*

Frank Zampino

Hôtel de ville de Montréal
Photo Chantal Poirier
  • Ex-maire de Saint-Léonard et ex-président du Comité exécutif
  • 4 M$

Bernard Trépanier

Hôtel de ville de Montréal
Photo d'archives
  • Ex-collecteur de fonds du parti Union Montréal
  • 4,5 M$

Robert Marcil

Hôtel de ville de Montréal
Photo d'archives
  • Ex-directeur des travaux publics
  • 1,1 M$

Cosmo Maciocia

Hôtel de ville de Montréal
Photo d'archives
  • Ex-maire de RDP-PAT
  • 90 000 $

Luc BenoÎt

Hôtel de ville de Montréal
Photo d'archives
  • Ex-PDG de la firme de génie Tecsult
  • 4,5 M$

Pierre Asselin

  • Ex-v.-p. de Tecsult
  • 4,5 M$

Aecom

  • Firme de génie
  • 4,5 M$

* Les montants représentent la somme pour laquelle chacun des poursuivis est solidairement responsable

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.