/opinion/columnists
Navigation

Québec solidaire montre les dents

Vincent Marissal QS
Photo Chantal Poirier Manon Massé

Coup d'oeil sur cet article

Même si tout le monde affirme publiquement ne pas croire aux engagements électoraux, dans les faits, ceux-ci provoquent la discussion. Un sondage Léger cette semaine sur l’appréciation des engagements électoraux aura réjoui les dirigeants de Québec solidaire.

Pourquoi ? Leur proposition d’instaurer une assurance dentaire universelle semble réellement séduire les électeurs.

Idée très populaire

Avec 76 % d’appui dans la population, l’idée de Québec solidaire est la deuxième plus populaire de toutes les idées testées, juste derrière la réduction des délais d’attente en santé proposée par la CAQ. Pour un parti qui obtient moins de 10 % dans l’électorat à ce jour, une proposition qui plaît à plus des trois quarts des gens représente un beau potentiel de croissance.

Québec solidaire a vraiment mis le doigt sur une question sensible. Les soins dentaires coûtent cher, même très cher. Aucun parti politique n’a parlé de santé dentaire au Québec, au moins depuis quelques décennies. Pourtant, la santé dentaire touche tout le monde.

Le coût des soins dentaires frappe deux groupes dans la population. D’abord, les gens à faible revenu se trouvent souvent dans l’impossibilité de faire ce qui serait nécessaire dans leur bouche. Certains feront arracher des dents plutôt que de les réparer. D’autres vivront avec des dents pourries, des dents manquantes et même des douleurs.

Mais il y a aussi la classe moyenne. Des gens qui ont les moyens lorsque nécessaire de payer pour les soins dentaires, mais qui voient leur planification budgétaire éclater devant la facture. Pour une intervention importante, des familles peuvent voir s’envoler en fumée leur budget de vacances ou la tirelire qui avait été mise de côté pour des rénovations.

D’autres iront carrément jusqu’à s’endetter pour couvrir les services. Ils paieront pendant des années, incluant des intérêts, les sommes encourues. Payer pendant deux ans pour une telle intervention fait vraiment grincer des dents...

La solution

Est-ce que la solution préconisée par Québec solidaire est la bonne ? Pas certain. Un programme d’assurance universelle qui ressemblerait à l’assurance-maladie ou l’assurance-médicaments coûterait cher. On se souvient à quel point les coûts de l’assurance-médicaments dans les premières années avaient explosé.

On sait aussi que lorsque le gouvernement prend en charge d’une façon aussi interventionniste un secteur, une ribambelle de nouvelles réalités surgissent : des listes d’attente, des pénuries de professionnels, des gens qui profitent du système, une nouvelle bureaucratie, etc.

En résumé, je suis plus que sceptique face à la proposition de Québec solidaire. Mais dans la philosophie préconisée par ce parti, une nouvelle assurance dentaire universelle sied parfaitement. Québec solidaire préconise l’intervention de l’État et ne s’obsède pas trop des dépenses publiques. Cohérent.

Quoi qu’il en soit, un parti politique qui met le doigt sur le bon sujet a fait 80 % du boulot. Quand Québec solidaire parlera de ce sujet, les oreilles seront ouvertes. Ils ont tellement touché un sujet sensible que je ne serais pas surpris de voir les autres partis s’y intéresser soudainement d’ici le 1er octobre.