/portemonnaie/lifestyle
Navigation

La revente de sneakers: un marché à 1 milliard $

La revente de sneakers: un marché à 1 milliard $
Crédit : Hunter Johnson

Coup d'oeil sur cet article

Certains n’y voient qu’une manière facile de faire une passe d’argent. Pour d’autres, c’est une réelle culture. Néanmoins, le marché de la revente est en pleine croissance chez les amateurs de sneakers.

C’est en travaillant dans le commerce de détail que j’ai pu observer la réalité du marché de la revente de sneakers, basée sur l’offre et la demande, et qui rapporte beaucoup d’argent.

Comment ça marche?

Les géants du monde des sneakers créent de la demande en produisant des modèles de souliers qui sont distribués dans le marché de manière limitée.

Les revendeurs s’emparent de ces paires et les revendent le double, triple et même quadruple du prix au détail.

La revente de sneakers: un marché à 1 milliard $
Crédit : Sebastian Pociecha

 

Plus une paire est limitée, plus le hype est fort, et plus le prix de revente sera élevé, selon Ricky, qui trempe dans le monde de la revente depuis quelques années déjà.

«Il faut prendre des risques, et être au courant de ce qui se passe dans le monde du street wear de la mode. J’ai dormi sur une paire l’été passé; aujourd’hui, si je l’avais achetée, j’aurais pu la revendre 3000 $».

Les revendeurs sont donc extrêmement à l’affût des compagnies et de leurs produits: la manière dont ils opèrent pour leurs lancements, les prix, l’historique des modèles (ex.: si c’est un nouveau modèle ou si c’est une réédition), etc.

Ils scrutent des plateformes d’enchères en quête des modèles les plus populaires, susceptibles d’avoir un prix de revente élevé.


Un milieu TRÈS compétitif

Il est parfois ardu de se procurer une paire de sneakers limitée.

Lorsque les lancements se font en magasin, les gens font la file pendant des heures, parfois même des jours pour avoir la chance d’acheter une paire.

J’ai déjà assisté à des files d’attente qui ont duré cinq jours, en plein mois de février. Les gens campaient à -20 °C pour acheter une paire d’Adidas, dont le prix de revente allait être très avantageux.

 

D’autres, comme Ricky, sont plus futés: ils paient des gens pour faire la file à leur place. Pas d’attente pour un billet de 50, c’est un bon compromis.

En ligne, la majorité des stocks s’évaporent en quelques minutes après leur sortie.

Il existe également des systèmes de tirages au sort. Les gens donnent leurs noms à un ou à plusieurs magasins qui vendront les souliers en question, et lorsqu’ils sont pigés, ils ont le droit d’acheter une paire. Sinon,ils passent leur tour.

 

Combien ça rapporte?

Selon le Financial Times, le marché global des sneakers est évalué à 55 milliards $, ce qui est équivalent au PIB du Kenya. Quand même fou quand on y pense.

La valeur de ce marché est évaluée à environ 1 milliard $ en 2018.

Adidas, Nike et sa filiale Nike Air Jordan se partagent ce marché secondaire. Selon des chiffres provenant d’eBay, au cours des 12 derniers mois, 1,3 million $ ont été dépensés sur des sneakers Adidas, 5,3 millions $ sur des Nike et 41,9 millions $ sur des Air Jordan.

La revente de sneakers: un marché à 1 milliard $
Crédit : Julian Reinhart

 

Peu importe la manière de concevoir la chose, la revente de sneakers est un marché effervescent, qui permet à de jeunes entrepreneurs (oui, entrepreneurs) d’amasser des sommes faramineuses sur le dos des géants de l’industrie de la mode, et également de s’initier au monde des affaires en passant par la porte de derrière.

Dans le fond, ai-je vraiment fait le bon choix de travailler du côté des détaillants? J’aurais peut-être mieux fait de m’y mettre aussi...

 

 

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux