/news/currentevents
Navigation

Le policier admet qu’il aurait pu mettre fin à la filature

Patrick Ouellet
Photo Chantal Poirier Patrick Ouellet

Coup d'oeil sur cet article

Le policier Patrick Ouellet, qui subit son procès pour conduite dangereuse ayant causé la mort d’un enfant à Longueuil, aurait pu mettre fin à la filature à laquelle il prenait part pour des raisons de sécurité, a-t-il admis lundi.

Le 13 février 2014, le policier conduisait une voiture banalisée lorsqu’il a heurté le véhicule d’un père de famille. Il tentait de rejoindre l’équipe de filature qui suivait Robert Parent, un ancien directeur du Parti libéral, dans le cadre d’une enquête de l’UPAC.

Nicholas Thorne-Belance, 5 ans, est mort des suites de la collision.

Patrick Ouellet
Photo d’archives

Engagé dans une procédure dite de « rattrapage », ce qui implique d’accélérer afin de rejoindre le plus rapidement possible la filature, il a été démontré que M. Ouellet aurait atteint une vitesse de 134 km/h sur le boulevard Gaétan-Boucher dans une zone de 50 km/h.

« J’ai estimé qu’il s’agissait d’un endroit propice au rattrapage, a affirmé le policier. Le segment droit à trois voies de large et les terrains résidentiels bien dégagés me permettaient d’anticiper tout obstacle potentiel », a-t-il dit lundi.

Il a reconnu connaître la procédure d’abandonner la poursuite s’il y a un danger. Il avait d’ailleurs déjà cessé une poursuite pour des raisons de sécurité. Mais il a insisté pour dire qu’il était convaincu que la poursuite dans laquelle il était engagé en février 2014 était sécuritaire.

Pas d’urgence

Interrogé au sujet de l’importance de la filature entreprise ce jour-là, il a dit que le dossier était pressant, mais qu’il n’y avait pas d’urgence immédiate puisque le sujet était déjà suivi par un collègue.

La défense a profité de l’interrogatoire pour présenter l’enregistrement de l’appel au 911 effectué par le policier dans les instants suivant l’accident.

Patrick Ouellet
Photo d’archives

« Ça a frappé fort. [...] Deux personnes sont inconscientes. Il y a un enfant qui n’a pas de pouls. [...] C’est plus compliqué que ça. Il y a un enfant qui va être mort d’après moi », a dit le policier Ouellet d’une voix relativement calme à l’employé du 911.

La voiture, conduite par le père de la victime, a ralenti au moment d’effectuer un virage à gauche sur la rue Davis, selon M. Ouellet.

« C’est comme si la voiture avait gelé », a-t-il décrit.

D’autres témoins, entendus plus tôt, ont souligné la lenteur du véhicule.

Le procès se poursuivra mercredi matin avec les plaidoiries de la défense et de la Couronne.