/opinion/columnists
Navigation

Une campagne tout en hostilité

bilan liberal
Photo Agence QMI, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

La campagne électorale qui s’amorce au Québec risque de nous précipiter dans des hostilités très acerbes qui n’épargneront aucun parti et laisseront des séquelles profondes, surtout dans la famille souverainiste.

« Le PLQ n’est plus là »

Si la CAQ maintient son avance, comme l’indiquent les sondages, et parvient à former un gouvernement majoritaire, le premier perdant en sera le Parti libéral du Québec.

Après 15 années d’usure de pouvoir, teintées d’allégations de collusion et de corruption, le PLQ est mûr pour une grande lessive afin de le débarrasser des pratiques douteuses qui s’y sont incrustées.

Le PLQ est aujourd’hui un pâle reflet de ce qu’il a déjà été. M. Couillard l’a achevé en plaçant les « vraies affaires » avant les « vraies valeurs ».

Nombreux sont les sympathisants libéraux qui ne s’y reconnaissent plus, et il n’est pas rare de les entendre dire « Couillard, je ne suis plus capable ». Ils sont prêts à le répudier.

Un constat confirmé par le dernier sondage Léger, mené sur le web du 31 mai au 10 juin, qui indique que 24 % des personnes ayant l’intention de voter pour le PLQ souhaitent un changement de gouvernement.

L’un des grands ténors qui en a décroché me disait récemment : « Le PLQ n’est plus là. »

Qui s’en étonnera quand la principale marque de commerce de M. Couillard est d’avoir fait le vide autour de lui avec une vingtaine de ses députés et ministres qui l’ont déserté.

Mais l’érosion la plus dommageable, c’est celle de la base militante. Elle aura un effet réel sur le résultat du vote. Ce parti qui avait déjà atteint, dans ses années glorieuses, jusqu’à 200 000 membres, en compte aujourd’hui moins de 20 000.

À part M. Couillard qui nous invite à nous satisfaire du statu quo, la vaste majorité des Québécois réclame un changement de garde (dont 95 % de caquistes, 94 % de péquistes et 97 % de solidaires).

Jusqu’à maintenant, c’est la CAQ qui incarne ce changement. Ses propositions semblent rallier la majorité des Québécois sans compter leur fort désir de répudier le gouvernement Couillard. Voter « contre », c’est un peu notre spécialité.

En rangs dispersés

Il faut saluer le courage des candidats et candidates — de tous les partis — qui sollicitent la confiance des électeurs pour se faire élire au poste de député, surtout en cette période de grand cynisme et de désaffection des citoyens envers la classe politique.

Les yeux sont rivés sur les principaux protagonistes, la CAQ et le PLQ dont les hostilités sont déjà déclarées depuis des mois. Mais la lutte la plus fratricide se jouera au sein même de la famille souverainiste, entre le Parti québécois et Québec solidaire.

Qu’adviendra-t-il du PQ après l’élection du 1er octobre ? Sera-t-il condamné à n’être que le parti d’une génération ou trouvera-t-il en son sein les ressorts nécessaires pour rebondir ? Plusieurs militants péquistes, qui sont déjà passés à la CAQ, en doutent, mais l’histoire nous le dira.

Pour le moment, la projection issue du dernier sondage Léger, donnerait 83 sièges à la CAQ, 33 au PLQ, 5 au PQ et 4 à Québec solidaire (L’Actualité du 13 juin 2018). Si ce pronostic se confirmait, autant dire que le PQ serait décimé.

Ce qui est sûr, par contre, c’est que les souverainistes se présentent à cette élection en rangs dispersés. À voir l’ardeur avec laquelle Québec solidaire s’applique à dépouiller le PQ de son vote traditionnel, il y a lieu de craindre pour le parti de René Lévesque.

Pour que Québec solidaire aille jusqu’à vouloir déloger Jean-François Lisée de son comté de Rosemont, en y dépêchant Vincent Marissal, son candidat « vedette », on peut certainement dire qu’avec de tels amis, le PQ n’a pas besoin d’ennemis.