/auto
Navigation

Elon Musk accuse un employé de «sabotage»

Musk
AFP/archives

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | Elon Musk, l’emblématique PDG de Tesla, accuse un employé de « sabotage » et de vol d’informations « ultra-sensibles » qu’il a transmises à des « parties tierces inconnues », selon un courrier interne.

 

À lire aussi: Tesla va supprimer 9% de ses effectifs

À lire aussi: Tesla: gros sow de boucane ou révolution en marche?

 

« J’ai été consterné d’apprendre ce week-end qu’un employé de Tesla a commis un gros acte de sabotage nuisible sur nos opérations », écrit M. Musk, dans cette lettre diffusée mardi par des analystes financiers. « Ceci inclut des changements purs et simples de code du système de fabrication de Tesla en empruntant de faux noms d’utilisateurs et l’exportation de tonnes d’informations ultra sensibles à des parties tierces inconnues », poursuit le dirigeant.

« L’étendue de ses actions n’est pas claire mais au vu de ce qu’il a reconnu avoir fait jusqu’à présent c’est plutôt mauvais », ajoute-t-il.

Elon Musk ne dévoile pas le nom de l’employé, dont la motivation était « qu’il voulait une promotion qu’il n’a pas obtenue ».

Il ne donne pas non plus d’indication sur les « parties tierces » auxquelles le salarié a transmis les informations mais il rappelle dans son courrier que des financiers ont spéculé sur l’effondrement de Tesla et ont perdu récemment des milliards de dollars parce que leurs paris se sont avérés pour le moment infructueux.

L’enquête du groupe se poursuit afin de déterminer si l’employé a agi seul ou avait des complices en interne et en externe, affirme encore l’entrepreneur d’origine sud-africaine, dont la surexposition médiatique a fait la notoriété de Tesla.

Elon Musk
Musk
AFP

 

Contacté par l’AFP, le groupe n’a pas souhaité commenter les accusations de M. Musk.

Le constructeur de véhicules électriques fait les gros titres de la presse depuis plusieurs semaines, soit pour des retards de production de son « Model 3 », soit pour des accidents, dont certains mortels, impliquant dans certains cas son aide à la conduite automatique Autopilot, soit pour les déclarations intempestives et les bras de fer verbaux de son fondateur avec les milieux financiers.

Tesla a annoncé récemment un vaste plan de restructuration comprenant la suppression de 9 % de ses effectifs, soit près de 4000 personnes, pour réduire ses coûts et espérer dégager le premier bénéfice de sa jeune histoire (15 ans).

Le groupe est par ailleurs sous pression des marchés financiers pour respecter son nouvel objectif de produire 5000 Model 3 par semaine d’ici fin juin.

Ce véhicule dont le prix de base est de 45 600$ au Canada avait reçu 450 000 commandes nettes à fin mars et est censé faire de Tesla un constructeur automobile de masse.

À Wall Street, le titre perdait 1,63 % dans les premiers échanges.