/world/pacificasia
Navigation

Le Turkménistan interdit officiellement la polygamie

Le Turkménistan interdit officiellement la polygamie
Photo d'Archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le Parlement du Turkménistan a adopté une loi interdisant la polygamie dans cette ex-république soviétique d’Asie centrale à majorité musulmane, a rapporté mardi le journal officiel Neutralny Turkmenistan.

«La polygamie n’est pas autorisée au Turkménistan», stipule la loi publiée par le journal.

Cette loi vient ainsi compléter le Code de la Famille turkmène, adopté par le Parlement en 2012, qui ne mentionnait pas ce sujet sensible pour la société turkmène où une tradition polygame avait été forte avant la période soviétique.

«La polygamie signifie une cohabitation avec deux ou plusieurs femmes en même temps», précise la loi.

Au Turkménistan soviétique, la polygamie était déjà considérée comme un délit et passible de deux ans de camp de travail.

Mais moins d’une décennie après la chute de l’URSS, le premier président turkmène Saparmourat Niazov avait annoncé en 1999 qu’il envisageait de légaliser les unions polygames, en expliquant qu’il fallait «respecter les coutumes locales et les anciennes traditions».

Ce président fantasque, qui se faisait appelait le «Père des Turkmènes» et a fait ériger une statue dorée à son effigie, n’avait cependant jamais officialisé cette initiative.

L’actuel président turkmène, Gourbangouly Berdymoukhamedov, arrivé au pouvoir en 2006 après le décès de Saparmourat Niazov dans ce pays qui reste l’un des plus fermés de la planète, a développé son propre culte de la personnalité et bénéficie lui aussi d’une statue en or à son effigie à Achkhabad, la capitale.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.