/finance
Navigation

Leitao muet comme une carpe sur la C Series

Le ministre est pourtant garant des états financiers

Periode des questions
Photo Simon Clark Le ministre des Finances Carlos Leitao ne veut pas parler de l’investissement de 1,3 milliard de dollars de l’État québécois dans le programme des aéronefs de la C Series.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, n’a rien à dire sur le « problème » soulevé par la vérificatrice générale à propos de l’investissement de 1,3 G$ de Québec dans les avions C Series de Bombardier.

La vérificatrice générale, Guylaine Leclerc, a récemment émis une « réserve » sur les états financiers du Fonds du développement économique (FDE) parce qu’elle n’a « pas été en mesure d’obtenir les éléments probants suffisants et appropriés » pour évaluer l’investissement dans la C Series, le plus important jamais réalisé par Québec dans une entreprise.

Ce « problème » pourrait avoir des « incidences » sur les états financiers du FDE, a prévenu Mme Leclerc.

Plus précisément, elle a été incapable de déterminer si une dépréciation doit être appliquée au placement. Rappelons que Québec a obtenu 49,5 % de la C Series pour son investissement de 1,3 G$, alors que l’an dernier, Airbus a mis la main sur 50,01 % du programme pour 0 $. La participation du gouvernement est désormais de 16 % et celle de Bombardier, de 34 %.

Reddition de comptes

Interrogé à ce sujet hier, M. Leitao a refusé net de commenter, renvoyant Le Journal à la ministre de l’Économie, Dominique Anglade. C’est pourtant lui, à titre de grand argentier, qui est responsable de la reddition de comptes financière du gouvernement.

Au bureau de la vérificatrice générale, on a précisé hier ne pas avoir eu accès aux projections faites par Airbus quant aux perspectives commerciales de la C Series du fait que la clôture de la transaction avec le géant européen aura lieu le 1er juillet.

« Nous suivrons l’évolution de la situation au cours des prochaines semaines afin d’obtenir les éléments probants et déterminer si une moins-value durable aurait dû être prise au 31 mars 2018 dans le cadre de nos travaux d’audit des états financiers du gouvernement, dont les résultats seront publiés plus tard », a indiqué une porte-parole, Géraldine Bouchard-Vézina.