/misc
Navigation

Radio-Canada s’en-va-t-en-guerre

Guillaume Dumas
Photo courtoisie Guillaume Dumas

Coup d'oeil sur cet article

À chaque occasion que j’ai eu d’écouter Guillaume Dumas occuper le siège de Claude Bernatchez, le matin à Radio-Canada Québec (je refuse d’utiliser le «Ici Radio-Canada Première»), je me suis toujours dit que l’on peut toujours mesurer la force d’une organisation par la qualité des remplaçants que l’on a à sa disposition.

Quand ton animateur remplaçant est Guillaume Dumas, c’est que ton équipe a «beaucoup de profondeur» pour reprendre l’image sportive.

Qu'on lui confie la barre de l'émission du retour à la maison l'automne prochain tombe sous le sens.

Dumas a été bon à l’écrit au Soleil, pourrait légitimement aspirer à la barre du téléjournal si Bruno Savard devait décider de quitter et il réussit quelque chose de difficile à la radio : imprégner son image et sa personnalité dans une émission où il remplace l’animateur en titre.

Réussir à l’écrit, à la télé et à la radio n’est pas un hasard.

Ça prend un sacré bon communicateur.

Quelqu’un qui sait détecter ce qui intéresse ses auditeurs ou ses lecteurs.

Deux mots : Sensibilité. Intelligence.

Il y aura la période de tension d’ici la rentrée du 27 août; on me dit que l’équipe entourant monsieur Dumas n’a pas encore été choisie.

Parmi les collaborateurs réguliers, je crois que Luc Laliberté n’a rien à craindre; il est connu du public télé de LCN et Radio-Canada alors que les auditeurs de la radio l’entendaient avec Stéphane Gasse à BLVD et Catherine Lachaussée au retour de Radio-Canada.

Il a donc à la fois la qualité et la notoriété.

La SRC devrait s’assurer rapidement de ses services parce que j’entends déjà d’ici le téléphone sonner chez lui.

Pour ce que l’on sait des changements prévus dans les programmations pour l’automne, l’arrivée de Guillaume Dumas au retour à la maison me permet de penser que la société d’État pourrait légitimement aspirer à une des deux premières positions dans ce créneau.

À ce que je sache, Radio-Canada n'a jamais été première simultanément le matin ET au retour, mais cela me semble vraisemblable, dans un horizon de 12 mois.

Les auditeurs de la radio de Radio-Canada sont assez fidèles. C’est de plus en plus rare.

Ceux qui écoutaient déjà le retour vont rester; les changements dans les autres programmations pourraient permettre à la SRC de faire le plein de nouveaux auditeurs.