/misc
Navigation

C'est la fin de l'année, les enfants!

Enfants enfant courent courir jeux jouer bloc
Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

 

Depuis un bon deux semaines, réveiller les enfants relève de la discipline olympique. Je me plaindrai pas, loin de moi cette idée! Dormir relève tellement du fantasme, quand t’as trois enfants, que quand tu te lèves passé sept heures, t’es fraîche comme une rose qui a dormi douze heures de file!

 

Ça a l’air que ya pas juste mon chum pis moi qui sommes fatigués, parce que ce matin, quand Numéro Deux s’est assis à la table pour manger ses céréales, il avait encore les yeux pochés jusqu’au nombril, pis les plis de couvertes étampés dans la face. C’est drôle, comme c’est à ce moment que ça m’a frappée : les kids sont crevés.

Bien sûr que j’avais déjà observé que les enfants commençaient à avoir moins de capacité d’attention, pis qu’ils étaient un peu plus chignasseux. Bien sûr, que j’avais remarqué qu’on avait pas mal plus à intervenir auprès d’eux depuis qu’on les couche pendant que le soleil shine encore. Bien sûr, ça fait un bout que j’ai le feeling qu’il est temps que l’année finisse.

Mais ça m’avait pas encore frappée, à quel point ils étaient épuisés.

Avec un peu de recul, je comprends donc qu’ils sont fatiguée, les pauvres minous! Parce que ça demande de l’énergie en titi, apprendre à vivre en société!

Alors à l’aube d’un été de congé d’école qui n’est pas nécessairement synonyme de vacances en famille, voici ce que j’ai envie de leur souhaiter, aux cocos exténués de cette grosse année scolaire.

Je vous souhaite une transition douce, vers votre occupation estivale. Parce que je le sais, que très peu d’entre vous passerez les prochaines semaines à la maison avec vos parents, parce qu’y faut ben travailler, hein! Quelques journées tampon, pour vous changer les idées ou juste dormir, tiens! Personne est jamais mort pis aucun été n’a été gâché parce que des minous se sont reposés avant de prendre le chemin du camp de jour.

J’espère que vous allez avoir un peu de lousse, aussi, pour permettre à votre micro cerveau de prendre un peu de recul face à la structure à laquelle vous avez dû vous adapter, au cours des dix derniers mois. Vous avez fait de votre mieux, tous autant que vous êtes, pour respecter l’ordre nécessaire au bon fonctionnement de la mini société qu’est votre lieu d’enseignement, il est maintenant temps de lâcher votre fou! Au yable les conventions, une fois de temps en temps!

Parlant de lâcher son fou, ça serait le fun, hein, que vous puissiez partir un peu à l’aventure. Faire le plein de nature, même quand c’est de la nature en ville, ça ressource un humain. Même quand il a juste cinq ans! Amenez vos parents avec vous dans vos explorations, tient! Et montrez leur le monde à travers vos yeux qui observent les choses avec un regard neuf. Qui sait, ça pourrait même leur être bénéfique!

J’ai bon espoir de voir vos faces encore plus épuisées, cet été. Mais d’un épuisement sain, d’avoir passé votre journée dehors au Patro, pis de vous être baignés en rentrant. D’être allés faire du vélo, ou d’être partis à la chasse aux vers de terre, pendant l’averse. Cette fatigue tellement satisfaisante d’avoir passé une journée trop cool d’enfant en liberté, pas de devoirs ni de leçons à la clé, je souhaite que vous la viviez, les enfants! Tsé la grosse liberté sale, de se coucher avec des taches de terre dans la face, pis une odeur de crème solaire persistante, la tête dans les nuages, pis la nuit bourrée de rêves.

Allez voir vos grand-parents, allez passer du temps avec votre famille, voyagez! Pas besoin d’aller à la conquête du Nunavut, pour changer d’air. Des fois, juste de s’affranchir de ses parents pendant une couple de jour, ça te pimpe l’estime de soi pis ça t’encourage le p’tit gars!

Je pourrais continuer longtemps comme ça, à vous proposer des idées d’activités pour vous permettre de continuer à apprendre tout en restant des mini humains. Parce que je pense sincèrement que c’est possible de décrocher complètement, même si on passe pas l’été comme dans le temps, à jouer au ballon dans la rue ou à faire du vélo avec la gang du quartier, et aussi parce que je crois que c’est vraiment important pour vous de faire ce qu’on vous demande de réprimer pendant tout le reste de l’année : juste être des enfants.

Je sais que c’est pas évident, à travers le camps de jour, les activités sportives, et vos parents qui travaillent quand même, eux, mais j’espère plus que tout que pendant votre été vous réussissiez à sortir de la routine et vraiment refaire le plein d’énergie. Pour être pimpants, en septembre, quand on va vous redemander de vous assoir plusieurs durant pour vous instruire.

Allez, c’est l’heure : mettez vos gougounes pis sortez dehors. Je veux pas vous voir avant l’heure du souper!