/portemonnaie/entrepreneurship
Navigation

Une liste des meilleurs PDG pour les femmes sème la controverse

Une liste des meilleurs PDG pour les femmes sème la controverse
Crédit photo:Dane Deaner-Unsplash

Coup d'oeil sur cet article

Le site d’emploi Comparably a compilé une liste des meilleurs PDG de 50 grandes entreprises américaines basée sur le développement professionnel pour les femmes. 

La liste comprend des entreprises de plus de 500 employés. Au moins 50 femmes de ces compagnies devaient répondre au sondage sur l’espace d’un an pour être admissibles au classement.

Un classement controversé

Sur la totalité des colistiers, seulement quatre sont des femmes. 

Les femmes en faisant partie sont Mary T. Barra de General Motors, Julie Sweet d’Accenture, Marilyn A. Hewson de Lockheed Martin et Amy Zupon de Vertafore. 

Les réactions ont été vives sur Twitter suite au partage de la chaîne CNBC qui répertoriait les dix premiers colistiers, exclusivement masculins.

Une liste des meilleurs PDG pour les femmes sème la controverse
Capture d'écran Twitter

Le fondateur de Comparably Jason Nazar a révélé à Business Insider qu’«il y a un manque flagrant de femmes à la tête de grandes entreprises», et qu’«il faut remédier à la situation».

Selon CNBC, seulement 24 compagnies du top 500 de Fortune comptent des femmes à leur gouverne, ce qui représente 4,8% des PDG de la liste.

La culture du «good old boy»

Dans une entrevue au New York Times, l’ancienne présidente de la branche américaine de McDonald Jan Fields a témoigné de la difficulté d’évoluer dans un milieu d’hommes. «Je devais constamment faire mieux que les autres pour être considérée comme égale». Fields a été renvoyé de la compagnie en 2012 après que celle-ci ait connu une chute dans ses profits.

Selon une étude de McKinsey & Co. et Lean In, le problème ne serait pas seulement présent dans les fonctions de cadres. «Les femmes demeurent sous-représentées dans tous les postes de gestion aux États-Unis, malgré le fait qu’elles détiennent plus de diplômes universitaires que les hommes depuis plus de trente ans.» 

Une situation peu avantageuse au Canada

Sur les 249 compagnies inscrites à la Bourse de Toronto, 7 d’entre elles étaient dirigées par des femmes en 2017 selon le site Catalyst.org.

Néanmoins, les PDG canadiennes sont en train de briser le plafond de verre qui les surplombe. La chaîne de télévision Slice a recensé une vingtaine de PDG canadiennes à la tête de moyennes entreprises, une progression lente, mais constante selon elle. 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux