/entertainment/stage
Navigation

Spectaculaire!

La comédie musicale Fame impressionne grâce à ses numéros de danse enlevants

Coup d'oeil sur cet article

Juste pour rire avait du pain sur la planche en adaptant la célèbre comédie musicale Fame. Et son instigateur Serge Postigo peut aujourd’hui se vanter d’avoir remporté son pari. Même s’il ne réinvente rien au niveau musical, le spectacle rehausse les standards en matière de danse avec ses chorégraphies rodées au quart de tour et souvent franchement impressionnantes.

Fame. On connaît le titre, on connaît la chanson. Mais les grandes lignes du récit ? Plusieurs les ignorent. Ce spectacle musical, inspiré du film du même titre, suit le quotidien d’une bande d’adolescents inscrits à la célèbre High School of Performing Art de New York, une école de formation artistique aussi renommée que sélective.

Oui, la trame narrative est particulièrement mince. Pourtant, Serge Postigo (qui signe à la fois la mise en scène, la traduction et l’adaptation de l’œuvre) a réussi le solide exploit de rendre sa relecture du récit original intéressante en élevant sa facture visuelle bien au-delà des attentes. Résultat : on a droit à un spectacle véritablement homogène, plutôt qu’à un simple enchaînement de numéros musicaux.

Chorégraphies de haute voltige

Évidemment, ce sont tout de même ces numéros musicaux qui font de son Fame une réussite. Rarement aura-t-on vu des chorégraphies aussi impressionnantes dans une comédie musicale québécoise.

Le chorégraphe Steve Bolton (qui signait également les numéros de danse de Mary Poppins et Footloose) a visiblement élevé le niveau de qualité de plusieurs crans, surtout lorsqu’il marie le ballet classique et le hip-hop, pour créer des numéros de haute voltige.

Et la musique ? Soyons francs, Fame ne dispose pas des nombreux vers d’oreille qui permettent aux Footloose, Grease et autres Chicago de ce monde de capter instantanément, et facilement, l’attention des spectateurs. Non, on ne quittera pas la salle de spectacle en fredonnant les airs autres que la pièce-titre. Mais on quittera tout de même la salle habités par certaines performances vocales franchement impressionnantes entendues au cours de la soirée.

Divine Marie Denise

À ce chapitre, on ne vantera jamais assez l’incroyable tour de chant qu’offre Marie Denise Pelletier avec la pièce Ce sont mes enfants. À 58 ans, la chanteuse n’a jamais été aussi en voix, ni en contrôle de son instrument. Frissons, chair de poule et compagnie, tout y est. Bref, voilà une performance qu’on n’oubliera pas de sitôt.

On se doit également de souligner celle de Gabrielle Fontaine qui brille dans le rôle de Serena Katz. Aussi efficace pour jouer la comédie que pour pousser la note, elle forme un duo particulièrement attachant avec Jordan Donoghue, qui prête ici ses traits au personnage de Nick Piazza.

Fausses notes

En revanche, si Fame nous propose de grandes performances vocales, le spectacle nous en propose d’autres un peu moins glorieuses.

La célébrissime chanson-titre, indubitablement le numéro musical le plus attendu de la soirée, s’avère au final légèrement décevante. Malgré toute sa fougue, la reprise livrée par Élisabeth Gauthier-Pelletier, alias Carmen Diaz, manque par moments de justesse et de précision.

C’est également le cas du danseur belge Junbox, l’interprète de Tyrone. Très à l’aise, et efficace, dans le rap, ses limitations vocales se font toutefois sentir lors de la chanson Danser sur les trottoirs où il doit pousser la note. Heureusement, le jeune homme parvient à éclipser entièrement ces lacunes grâce à ses aptitudes de danse tout simplement phénoménales.

Mention spéciale, également, à Lisa Palmieri, un de nos plus grands coups de cœur de cette production. Même dans un rôle de second plan, elle parvient à voler la vedette à chacune de ses apparitions sur scène grâce à son charisme et son indéniable talent pour la comédie. On l’avait remarquée il y a deux ans avec Mary Poppins, mais on la découvre encore davantage aujourd’hui. Et, chose certaine, on continuera de la surveiller.


► La comédie musicale Fame est présentée jusqu’au 21 juillet au Théâtre St-Denis.

Sur le tapis rouge de Fame

La première de Fame, la nouvelle comédie musicale offerte par Juste pour rire, avait lieu hier soir à Montréal. Plusieurs vedettes ont foulé le tapis rouge pour se retremper dans l’atmosphère de l’œuvre inspirée de ce film fort populaire.