/news/health
Navigation

Aide à mourir : hausse marquée des décès au pays pour la deuxième moitié de 2017

Aide à mourir
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Le nombre de décès médicalement assistés a grimpé de près de 30 % au Canada durant la deuxième moitié de 2017.

Selon le troisième rapport intermédiaire de Santé Canada, 1525 personnes ont obtenu l’aide médicale à mourir au pays du 1er juillet au 31 décembre 2017, une hausse de 29,3 % par rapport aux six mois précédents.

Le nombre de décès s’élevait alors à 1 179.

Le document indique également que 3 714 patients ont demandé le service depuis l’entrée en vigueur de la loi québécoise, le 10 décembre 2015, et de la loi canadienne, le 17 juin 2016.

Ces chiffres n’incluent toutefois pas les données officielles du gouvernement du Québec. Pour la province, Santé Canada se base sur les données des sites web d’établissements de santé et de services sociaux du Québec ainsi que du Collège des médecins du Québec.

Le rapport dresse également un portrait global des demandes d’aide à mourir au pays, mais qui n’inclut ni le Québec ni les territoires.

Ailleurs au Canada, 65 % des demandes d’aide médicale à mourir étaient liées au cancer durant la deuxième moitié de 2017.

Les décès y ont le plus souvent lieu au domicile du patient (43,3 %) ainsi qu’à l’hôpital (40,5 %). L’aide à mourir est administrée dans des établissements de soins longue durée ou des centres de soins infirmiers dans seulement 5,3 % des cas.

Au total, l’aide médicale à mourir représente 1,07 % des décès au pays.

L’âge moyen des patients qui en font la demande est de 73 ans. Les femmes (51 %) et les hommes (49 %) sont presque également représentés.