/news/politics
Navigation

Justin Trudeau, «leader du monde de l’herbe»

Justin Trudeau, «leader du monde de l’herbe»
Matthew Usherwood/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Les yeux de la presse américaine se sont tournés vers le Canada cette semaine avec la légalisation du cannabis. De «Rolling Stone» à «Newsweek», plusieurs évoquent un mouvement aux répercussions mondiales, avec Justin Trudeau comme porte-étendard.

«Avec Donald Trump qui bouleverse la réputation globale des États-Unis [...] Justin Trudeau est probablement le leader du monde libre. À partir de cette semaine, le Canada jeune et progressiste du premier ministre est également le leader du monde de l’herbe (''leader of the weed world'')», a écrit «Rolling Stone» mercredi.

La publication qualifie de «fier rebelle» le gouvernement Trudeau, qui légalise le cannabis en dépit de certaines obligations internationales et malgré la guerre contre les drogues aux États-Unis, où la substance demeure illégale au niveau fédéral.

Le magazine «Rolling Stone» n’est pas seul à voir le Canada, deuxième pays à légaliser le cannabis après l’Uruguay, comme une «expérience audacieuse» dont pourrait s’inspirer la planète.

«Ce n’est pas seulement que le Canada change ses propres lois. Les démarches du Canada – de sa répudiation des traités internationaux aux règlements qu’il mettra en place – pourraient affecter l’avenir des politiques sur la marijuana à travers le monde», analyse un article du populaire site web Vox, citant le pays comme un «modèle».

L’hebdomadaire «Newsweek» a dressé un portrait de l’appui politique à la légalisation du cannabis aux États-Unis, et explique comment l’initiative du gouvernement Trudeau pourrait mobiliser des élus, tant démocrates que républicains, à faire pression sur l’administration Trump.

«Ceux qui veulent voir ce à quoi ressemble une politique fédérale rationnelle sur la marijuana n’ont qu’à regarder vers le nord. Les dirigeants américains auraient tout intérêt à apprendre de nos voisins», y affirme entre autres Paul Armentano, directeur de NORML, une organisation américaine qui milite pour la réforme des lois sur la marijuana.

Après que Justin Trudeau eut annoncé la date du 17 octobre pour l’entrée en vigueur de la loi, Associated Press a parlé à des détaillants de cannabis américains qui, loin de craindre un ralentissement des affaires, s’attendent à profiter de la légalisation canadienne.

«Les gens me demandent tout le temps si la légalisation au Canada va nuire à mon entreprise. Je leur dis non! Plus c’est légal, plus les gens vont se sentir à l’aise d’acheter mon produit», a relaté à l’agence de presse américaine Don Hartleben, gérant de Dank of America.

Cet entrepreneur de l’État de Washington, où le cannabis récréatif est légal, mise beaucoup sur une hausse de la consommation des touristes canadiens.

Si le «Washington Post» a rappelé que les Canadiens pouvaient s’attendre à bien des maux à la frontière, le «New York Times», lui, a interrogé une multitude d’intervenants canadiens, dont certains s’inquiètent vivement pour l’image du pays.

Le correspondant Dan Bilefsky a parlé à l’ancien animateur de radio québécois Rémi Letendre, dont le constat est sans appel: «Des jeunes de partout dans le monde vont venir fumer du pot à Montréal. Bientôt, nous allons devenir une nation de "potheads"».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.